10 trucs testés pour rester zen avec l’apprentissage en famille

10 trucs pour rester zen avec l'apprentissage en famille

L’automne s’est bien installé au Québec et avec lui s’amènent des jours moins cléments, moins propices aux longues activités extérieures en famille. Avec l’apprentissage en famille le cocooning peut devenir difficile si on n’a pas quelques stratégies pour rester zen.

Heureusement qu’il y en a qui nous facilitent la vie!

10 trucs pour rester zen avec l'apprentissage en famille {#unschooling, #écolemaison, #parentàlamaison}, Blog Marie-Eve Boudreault, Inspiration quotidienne pour une vie qu'on aime!

{Sélectionner l’image pour enregistrer sur Pinterest}

 

1. Avoir un horaire d’apprentissage zen

C’est mon outil numéro un. Autant je sais ce qu’on devrait faire pendant la semaine, avec un coup d’oeil je sais aussi ce qu’on n’aura pas le temps de faire et je mise sur l’essentiel, en gardant les choses en perspective.

En passant, si c’est congé dans les établissements scolaires, c’est congé chez nous aussi. J’aime bien.

 

2. Varier la routine

Il y a des milliers de façons d’apprendre. J’adore y aller avec de la spontanéité et avec nos intérêts du jour pour la matière obligatoire à couvrir au Québec…

On peut par exemple faire une approche par projet comme sur les châteaux et y intégrer plein de matières et apprentissages.

Si c’est un moment difficile, même écouter un vidéo sur Youtube peut faire progresser les apprentissages. Ça me rappelle un peu les profs qui roulaient la télévision dans la salle de classe, mais au moins nous sommes en famille et il y a l’option de regarder ce qui plaît vraiment sur le sujet choisi.

 

3. Ne pas trop en faire

On peut facilement se laisser emporter (ou stresser) sur la matière à voir, mais il faut prendre en considération, toujours, les aptitudes et la motivation de notre enfant. J’aime mieux moins en faire, le faire mieux, que de commencer à m’obstiner, que mon enfant se cambre, et qu’on sabote notre relation et les apprentissages.

 

4. Laisser le plus de liberté possible

On a choisi de faire des cahiers pour couvrir la matière de base, la langue et les maths; le restant s’apprend à la unschooling. Le nombre de pages par jour est le même, à moins que ça ne soit au-delà de leurs capacités; dans ce cas, on réduit. Mais mes enfants choisissent les pages qui les inspirent chaque jour. De un, ils suivent leurs intérêts. De deux, on est certain qu’à la fin de l’année nous avons fait ce que nous devions.

 

5. S’assurer d’être en santé

Pour avoir assez d’énergie et bien intégrer les matières, s’assurer de manger santé. Même si on est occupé il y a moyen d’avoir rapidement les minéraux, glucides, protéines, et gras essentiels avec des aliments simples.

En plus d’une bonne alimentation qui tient les maladies éloignées, on évite aussi les foyers d’infection en hiver.

Pour l’activité physique, on peut faire ça simple de même, comme une randonnée en forêt, une marche dans la rue, ou du tapis roulant quelques fois par semaine. Ça aide à ne pas avoir de l’énergie explosive dans la maison {si ça vous dit quelque chose vous aussi}.

10 trucs testés pour rester zen avec l’apprentissage en famille

6. S’assurer de bien dormir

Est-ce que tout le monde à la maison dort bien et assez? Car ça joue sur l’humeur et l’entrain. Je trouve que tamiser l’éclairage, se laver tôt après le souper, et lire ou écouter des émissions le soir favorise le calme puis l’endormissement.

 

7. Avoir un objectif simple

Le programme d’éducation du ministère peut sembler compliqué avec ses multiples critères, mais en analysant le tout on peut le simplifier, et se simplifier la vie en même temps. Par exemple, la première année est une initiation à l’écriture, à la lecture, et aux opérations de mathématiques de base. Une fois les objectifs établis, c’est plus facile de voir si on est sur le bon chemin.

Et je ne stresse pas avec ça non plus, tant qu’on fait de notre mieux et qu’on a un programme éducatif au quotidien. À 7 ans, je lisais des livres d’environ 100 pages pour le fun – mais justement le métier que j’aime est d’écrire. Je ne créais pas de mondes compliqués à l’ordinateur – et c’est un métier de nos jours aussi. Si nos enfants font autrement et développent d’autres passions, au moins ils sont heureux maintenant et sont sur la piste de leurs métiers de choix plus tard.

 

8. Focuser sur la progression

Parfois on peut avancer à pas de tortue et tout d’un coup, ça débloque! Un enfant qui ne semble pas trop comprendre la matière un jour peut en manger et en redemander le jour d’après. Je fais de mon mieux pour rester zen, voir les progrès d’abord, et faire confiance dans leurs apprentissages.

 

9. Enflammer les intérêts

Pour nos enfants et nous-mêmes, la semaine est plus intéressante de cette façon. J’ai fait un bâtiment en forme de dragon au jeu Minecraft ce matin et on a tous aimé, ce qui a stimulé encore plus l’intérêt de mes fils pour l’ingénierie {et les dragons}.

 

10. Se garder un temps de recharge à chaque jour

C’est plaisant et relaxant de faire autre chose. On s’assure de se garder en masse de temps pour simplement vivre et refaire le plein.

 

Ces petits trucs aident vraiment pour notre qualité de vie, en tout cas, et pour savourer notre chance de faire l’éducation en famille.

 

 

Suivez-nous

Marie-Eve Boudreault

Fondatrice et rédactrice en chef chez Je Materne | This Parenting Thing
Marie-Eve Boudreault est au quotidien maman de 4 petites merveilles et la fondatrice de Je Materne (This Parenting Thing). Elle est bachelière en sociologie, passionnée de puériculture, blogueuse famille depuis 8 ans, et experte reconnue en parentalité naturelle et heureuse pour les jeunes familles. Elle offre son soutien pour aider à devenir le meilleur parent possible et combler votre jeune enfant sur tous les plans avec l'Académie pour parents, à découvrir!
Suivez-nous

Les derniers articles par Marie-Eve Boudreault (tout voir)

Click here to add a comment

Leave a comment:

CommentLuv badge