• Home  / 
  • Projet de vie
  •  /  5 questions à te poser avant de choisir la garderie pour ton enfant

5 questions à te poser avant de choisir la garderie pour ton enfant

 

5 questions à te poser avant de choisir la garderie pour ton enfant, à lire sur Je Materne!

 

Je sais, je sais, de nos jours utiliser les services d’une gardienne, d’une garderie, ou crèche, c’est devenu la norme et presqu’un automatisme.

On ne se demande plus vraiment « si » on devrait le faire, ni même vraiment « quand », parce que ça coïncide souvent obligatoirement avec la fin du congé parental. Même si c’est parfois fait à contrecœur.

Pourtant, on devrait vraiment faire un questionnement en profondeur pour savoir si on veut utiliser les services d’un autre, aussi bien intentionné soit-il, pour élever notre enfant une bonne partie de la semaine. Surtout avec les connaissances actuelles, si on tient au bonheur en famille.

Pour ne nommer qu’une source, le Dr. Chicoine qui a fait une vague à la sortie de son livre Le bébé et l’eau du bain invite à revoir l’âge d’entrée de l’enfant à la garderie, parce que les enfants ne seraient pas prêts à l’approche de leurs premiers anniversaires.

Voici donc quelques questions à se poser avant de songer faire garder à temps plein ou temps partiel son enfant. Elles donnent une bonne base de réflexion sur ce choix crucial.

 

1. Est-ce que c’est vraiment nécessaire pour notre situation?

 

En cas de doute, et si c’est possible en regardant toutes vos options, il vaudrait mieux rester avec votre jeune enfant.

Les enfants en garderie démontrent plus de stress, selon une étude sur leurs niveaux de cortisol, et sont plus à risque de démontrer des problèmes dans l’adolescence. Je crois que c’est probablement dû à des besoins de proximité et d’avoir un lien d’attachement fort qui n’ont pas été bien répondus.

Rester ensemble mettra toutes les chances de votre côté d’avoir ce lien d’attachement qui rend l’enfant confiant, et permettra aussi de continuer le portage et l’allaitement sur demande si c’est votre cas.

 

2. Est-ce qu’un de nous peut rester à la maison?

 

Si c’est possible de s’y prendre d’avance, un milieu de vie plus abordable, un coussin financier pour bien vivre à un salaire pendant quelques années supplémentaires, être travailleur autonome à la maison ou avoir sa propre entreprise rentable pourraient être de bonnes fondations pour votre vie de famille.

 

3. Comment pourrais-je lui offrir la meilleure qualité de vie possible?

 

Si vous aviez le choix pour votre enfant, que feriez-vous pour qu’il s’épanouisse le mieux possible?

N’oublie pas que vous pouvez facilement trouver en ligne (voir notre groupe Facebook pour parents à la maison au Québec) ou dans votre quartier des parents qui ont décidé aussi de rester à la maison avec qui vous pourriez vous lier d’amitié et organiser des sorties.

 

4. Est-ce que mon enfant sera prêt à se faire garder?

 

Le lien d’attachement se développe dans les premières années. Souvent jusqu’aux 3 ans, et même après, la majorité des enfants ne seraient pas prêts à passer beaucoup de temps en groupe et à ne pas passer beaucoup de leur temps avec les personnes avec lesquelles ils sont principalement attachés.

Vérifie aussi avec votre enfant. Certains sont très sociables et acceptent de se faire garder quelques heures. Cependant, d’autres plus timides ou introvertis pourraient préférer rester avec un de vous.

Si vous choisissez l’option de faire garder à un moment donné, peut-être demander à quelqu’un de votre entourage, en qui votre enfant a confiance et avec qui il pourra garder des liens toute sa vie.

Je me rappelle très clairement, même si ma gardienne était gentille, préférer rester avec mes parents que de me faire garder – même à l’école j’ai fait un dessin que j’ai encore qui dit : « Ce que j’aime le plus, c’est d’être avec ma maman ». C’est un beau respect que d’écouter les préférences de votre enfant si c’est possible.

 

5. Est-ce que je respecte mes propres besoins?

 

On comprend que les recherches ne recommandent pas qu’un tout-petit soit trop séparé de son parent. Naturellement, comme étudié en anthropologie, ils préféreraient passer du temps avec leurs pairs mais pouvoir en tout temps se recharger et retourner auprès de leur parent.

Par contre, je comprends tout à fait le besoin de se réaliser – c’est pourquoi je travaille de la maison moi aussi.

Évalue si votre choix final tient compte des besoins de votre enfant ET des vôtres. Parce que souvent Parents heureux = Enfant heureux!

Essaie de voir s’il n’y aurait pas une solution gagnante-gagnante pour tous.

Bonne réflexion!

 

P.S. En t’abonnant au blogue, plus bas, tu recevras d’ailleurs un guide pour penser à vos possibilités de conciliation famille. Tu peux aussi visiter notre blogue collectif Mamans Zen pour en savoir plus sur les parents à la maison (voici la page Parent à la maison 101 et mon premier texte sur être une maman à la maison qui a été apprécié). J’ai aussi un témoignage sur Je Materne sur notre vie à la maison.

L’article contient des liens affiliés pour des livres que j’aime et recommande

 

 

Suivez-nous

Marie-Eve Boudreault

Fondatrice et rédactrice en chef chez Je Materne | This Parenting Thing
Marie-Eve Boudreault est maman de 4 petites merveilles et fondatrice de Je Materne. Elle est bachelière en sociologie, blogueuse famille depuis 8 ans, et coach en parentalité.

Accompagne bien ton enfant avec des informations sérieusement géniales, un plan d'action inspiré, et une tribu super: deviens membre de notre Académie pour parents
Suivez-nous

Les derniers articles par Marie-Eve Boudreault (tout voir)

Click here to add a comment

Leave a comment:

CommentLuv badge