• Home  / 
  • Intention
  •  /  Le jour où mes enfants ont arrêté d’écouter la télé

Le jour où mes enfants ont arrêté d’écouter la télé

Ce jour-là, j’ai fait un choix dont je suis convaincue des bénéfices encore aujourd’hui.

Chez nous, ça doit faire 3 ou 4 ans qu’il n’y a pas eu de télévision dans le salon, peut-être plus? Ma fille de 2 ans n’a jamais connu ça. Lorsque les gens entrent chez moi, ils sont souvent étonnés de voir qu’il n’y a pas de télé dans le salon. C’est surprenant mais je pense que c’est un des choix qui fait le plus jaser: les couches lavables, le portage, l’allaitement en tandem et prolongé à 2 ans, ça tout le monde s’y fait. La vie sans micro-ondes? Ça passe aussi. Mais sans télé?? Ce bruit de fond rassurant qui sait captiver nos enfants, et nous donne l’impression de nous libérer du chaos pendant l’heure du souper…

En 2017, je pense que beaucoup de parents se rendent pourtant compte des conséquences néfastes de la télé sur l’humeur de leur enfant, mais ne savent pas par où commencer…

Retirer la télé de l’aire de vie, sérieusement, c’est encore plus important selon moi que d’épurer les jouets. La retirer, c’est envoyer un message clair que les périodes de jeu, les périodes de repas vont se passer sans elle. Que ce qu’ont nos enfants à nous communiquer est important, qu’on veut y donner de l’attention. C’est éliminer toute tentation et défaire la banalisation du geste machinal d’ouvrir l’appareil alors que nous sommes tous ensemble. Avec des enfants, c’est beaucoup plus simple selon moi de limiter l’usage en la mettant ailleurs.

 

3 raisons de retirer la télé de l’aire commune

 

1. Nos enfants sont sensibles aux publicités et aux informations non-adaptées

C’est la raison la plus évidente: nos enfants croient ce qu’ils entendent et sont influençables. Je me souviens moi-même de ne pas avoir compris pourquoi ma mère n’achetait pas ce qui était montré dans les publicités alors que c’était supposément le meilleur produit. Comme adulte, nous pouvons agir comme filtre afin d’empêcher nos enfants d’avoir accès à du contenu qui n’est pas adapté à eux. Avoir accès à trop d’informations est un facteur de stress pour beaucoup d’enfants.

Bien sûr, vous allez me dire, on ne peut pas les couper de tout. Je suis d’accord, mais faisons de notre mieux pour leur garantir un endroit sécuritaire pour vivre l’enfance à la maison, sans avoir à se préoccuper de choses d’adultes. (Parce que nos enfants, retiennent tout, et tentent de l’adapter à leur réalité parfois maladroitement.)

2) Favoriser l’acquisition du langage et le développement en général

Un bruit de fond empêche l’enfant en apprentissage de bien saisir ce que nous disons, et ainsi pourrait nuire à faire évoluer son langage. De plus, lorsque l’enfant est assis devant la télé, il n’est pas en train d’expérimenter, de manipuler.

La télévision nuit au développement de la « vraie » imagination (rejouer des scènes d’une émission en se limitant aux schémas induit par l’émission, ce n’est pas de l’imagination, c’est reproduire un modèle en suivant un moule, et ce modèle a souvent été choisi par quelqu’un dont l’objectif était le profit.)

Sérieusement, faites une recherche et vous trouverez des dizaines d’articles et d’études sur comment la télévision quotidienne nuit au développement de nos enfants.

3) Avoir un quotidien plus agréable

Lorsqu’ils arrêtent d’écouter la télé, les enfants deviennent souvent moins agressifs et se mettent à jouer plus facilement seuls. Ils développent leur imagination, leurs intérêts et le quotidien peut devenir plus agréable. Ils jouent ensemble, pratiquent leurs habiletés sociales en interagissant plutôt qu’en étant assis. L’aire de vie commune devient un espace de partage, et je pense que de ne pas avoir l’habitude de passer du temps en famille en regardant une émission fait qu’on meuble ce temps-là en allant prendre une marche, en jouant à l’ogre, etc…

Aussi, la télé peut nuire au sommeil, donc pas de télé peut aider à avoir de meilleures soirée avec des enfants plus faciles à coucher.

« La Société canadienne de pédiatrie décourage les activités devant un écran pour les enfants de moins de 2 ans. Limitez l’écoute de la télévision à moins de une à deux heures par jour pour les enfants plus âgés. Évitez d’inclure la télévision dans vos habitudes quotidiennes… »

 

 Question d’équilibre: nous avons une télévision dans la maison (gagnée à un concours) qui n’est branchée à rien sauf l’ordinateur (qui sert alors de lecteur DVD). Parfois, nous écoutons un film avec les enfants. Parfois je m’en sers pour les occuper ou leur montrer quelque chose.  Bref, oui, elles écoutent la télé quelques fois par année, mais ce n’est pas une habitude quotidienne. Je pense que la clé de l’équilibre peut être ici: la télévision ne devrait pas être une activité quotidienne qu’on fait presque par automatisme.

Je recommande aux parents qui m’en parlent de commencer par retirer la télévision de l’aire commune et d’être prêts. Prêts à quoi ? À devoir accompagner leur enfant dans le sevrage, si pour eux c’est une habitude ancrée…

On peut louer des livres-CD à la bibliothèque pour faire la transition en écoutant des histoires plutôt qu’en les regardant. Préparer du matériel sensoriel ou de bricolage pour les occuper aux moments habituellement réservés à la télévision. Être prêts à gérer plus de crises. Voir nos enfants devoir trouver de nouvelles façons de s’occuper. Changer la routine pour vraiment marquer un aire de changement. Prendre le temps de leur parler, de jouer avec eux…

Mais ça vaut la peine.

Et un jour ça devient la nouvelle normalité de notre famille.

Zoé L-Sirois

Zoé L-Sirois

Blogueuse chez Je Materne
Maman de 4 filles, et passionnée de simplicité volontaire, elle nous inspire avec ses chroniques "Maternité et simplicité" et "Discipline positive". Vous pouvez aussi la suivre sur la page Facebook de son blogue: 5 minutes pour jouer
Zoé L-Sirois
6 comments
Sonia

Mais ma fille est très sociable, elle n’aime pas être seule. Sa petite soeur n’est pas encore arrivée et elles auront 4 ans de différence d’âge. Nous habitons en appartement (budget) et je n’ai pas la possibilité de laisser sortir ma fille dehors seule (avec un grand boulevard juste en face et pas de terrain). Que lui faire faire si on enlève la télévision complètement? Comment emmènes-tu un enfant de 3½ ans à jouer par elle même, mais qu’elle sente quand même que je m’intéresse à elle, que j’aime être avec elle? Ses jouets sont dans sa chambre, la télévision dans le salon… Serait-ce mieux de faire l’inverse?
Bref, ma question est: quelles activités font vos enfants seuls? Quel genre de jouets/jeux je devrais avoir pour stimuler sa créativité et lui permettre de jouer seule de la manière la plus variée possible? Nous ne voulons pas acheter trop de nouveaux jouets, nous aimons ça très épuré, mais peut-être certaines articles particulièrement versatiles feraient l’affaire. Ou alors c’est la routine qui devrait changer. J’ai l’impression que ma fille aurait plus envie de participer aux tâches communes si la télé n’était pas là… Ça occuperait déjà un peu je suppose. Mais comment être cohérent et couper la télé si papa passe son temps sur l’ordinateur. Je trouve ça un peu hypocrite. Mais je n’ai pas de contrôle la-dessus (vivre et laisser vivre).
Des suggestions? C’est plus facile l’été, mais l’hiver par journée froide dans un très petit appartement… que faire?
Merci d’avance!

View Comment Reply
    Zoé L-Sirois

    Bonjour Sonia!

    Il y a effectivement plusieurs pistes à explorer pour votre dilemne. L’aménagement, la sélection de jeux, la routine et l’attitude du parent sont tous des facteurs à considérer..

    Quand j’étais en appartement, la télé était dans ma chambre à moi. Je pense effectivement qu’en retirant la télé du salon, votre fille risque de participer davantage à la routine quotidienne avec vous. Nous avons souvent l’impression, à tord, qu’aider maman est plate ou peu stimulant mais pour un jeune enfant, c’est un apprentissage souvent amusant. Ils sont fiers d’aider, sentent qu’ils participent (développant ainsi leur sentiment d’appartenance).

    Si vous recherchez sur le site, j’ai un autre article sur l’épuration des jouets où je parle entre autres des jouets à éliminer. Votre commentaire me donne des idées pour un prochain article, ca va être sur ma to-do list.

    Votre fille est capable d’apprendre à jouer seule, en être convaincue vous même vous aidera à persévèrer parce que oui, elle risque de s’ennuyer au début.

    À quoi jouent mes enfants lorsqu’ils sont seuls?

    À 3 ans et demi, une de mes filles pouvait passer des heures à jouer avec des boutons. Elle les triait, inventais des histoires et les animait etc. Une autre préférais jouer avec sa poupée.

    Pour débuter, pourquoi pas commencer sous forme d’invitation à jouer? Vous préparez un jeu pour qu’il soit invitant, déjà installé etc. La plupart des enfants aiment les petits morceaux, les jeux sensoriels. Vous trouverez des idées sur mon blog ( cinq minutes pour jouer).

    Un truc est de ne jamais l’interompre lorsqu’elle joue. On a parfois la mauvaise habitude comme parent de vouloir suggérer à l’enfant comment modifier son jeu et ça les ammene à penser qu’ils ont besoin de nous pour jouer.

    J’espère vous avoir aidé.
    Zoé

    View Comment Reply
David

Bonjour,
pensez aussi aux effets sur les adultes!
Diminution de l’effet anxiogène (entre autre des informations), de l’incitation à acheter (via la publicité et la comparaison avec des modèles fictifs), etc.

Perso depuis que j’ai arrêté les médias (et que je me contente de suivre des mmiaou), j’ai moins d’appréhension au quotidien!
Comme quoi, il n’y a pas que les enfants d’influençable.

D’ailleurs, ici plus du tout de télé depuis, 5 ans environ, et outre le gain de place cerveau, ça fait une petite économie non négligeable (coût de la télé + taxe audiovisuel de 120€/an en France).

View Comment Reply
Gwenn

Personnellement je n’enlèverai pas la TV du salon. J’aimerais avoir un système pour la dissimuler dans l’idéal (l’appel de la TV éteinte). Chez nous les dessins animés se regardent à la demande. Pas de pub. Et choix des parents (on élimine ainsi la violence et le sexisme ordinaire des dessins animés pour enfants. Ou au moins on contrôle.) Petite ma fille a beaucoup regardé. J’étais souvent seule le soir, elle ne jouait pas encore, avait besoin d’être avec moi en permanence, et donc pour m’accorder le demi-heure nécessaire à la préparation du repas, je me disais que c’était la seule issue. Maintenant qu’elle a grandi (4ans) j’ai d’autres moyens de l’occuper. Et désormais elle a un frère alors, forcément, ça distrait! Pour revenir à la TV, elle me sert de poste de radio, donc le fameux fond sonore qui nuit au développement du langage, il est permanent chez nous. J’ai du mal à me dire qu’une émission radio ou de la musique soit une nuisance. C’est un edes raisons pour laquelle je ne l’enlèverai pas (radio par satellite, plus de choix!) et aussi parce que je suis une grande fan de séries. Au final, la télé ne se regarde que très peu en direct, elle n’est pas allumée tous les jours. De temps en temps, se regarder un documentaire animalier, est aussi un moment de partage, on discute , elle pose des questions, je tente d’y répondre. Bref, je pense qu’il est possible d’avoir un usage raisonné et raisonnable de la TV. Je n’aime pas diaboliser l’objet. C’est comme tout, question d’usage.

View Comment Reply
Mathilde

Je suis partie de chez mes parents à 17 ans pour mes études, et depuis je n’ai pas de télévision chez moi. J’ai 22 ans et j’attends mon premier bout de chou, la télévision ne m’a jamais manqué, il y a tellement d’autres choses à faire ! Pour les films, les informations, la musique, le « bruit de fond qui rassure » quand on se retrouve seul à la maison, il y a toujours l’ordinateur, et au moins on peut choisir ce qu’on regarde. Payer la redevance télé pour subir la télé réalité sur toutes les chaînes du soir au matin, non merci ! Mes enfants grandiront sans télé à la maison et je pense que c’est très positif. Mes parents sont géniaux mais j’ai des souvenirs de repas du soir où il fallait subitement que ma soeur et moi arrêtions de raconter notre journée d’école parce que quelque chose d’important était annoncé à la télévision. Ma place à table était celle qui tournait le dos à l’écran, donc je regardais ma famille qui regardait l’écran… je me faisais réprimander si je me retournais puisqu’il fallait manger face à la table… bref, même si par ailleurs on a toujours beaucoup communiqué, c’était très frustrant en tant qu’enfant de se faire couper la parole par le présentateur du JT. Même en tant qu’adulte, je trouve toujours ça irrespectueux de ne pas écouter son interlocuteur parce qu’on est capté par un écran !
Donc au pire, pourquoi pas un écran relié à l’ordinateur pour regarder des films en famille plus confortablement, mais pas de télé « traditionnelle » pour nous. Je suis persuadée que ma grand-mère savait très bien jouer toute seule quand elle était petite et que la télévision n’avait pas envahit les foyers, c’est donc possible de vivre heureux sans télé. Je me rappelle aussi de mon enfance à moi où je passais beaucoup de temps à jouer à la poupée, aux playmobiles, à la dinette, à la maîtresse, à regarder les images des livres qu’il y avait à la maison, à faire des dessins, des collections de marrons, de plumes, de cailloux de différentes couleurs, de feuilles, à peindre des galets et des pommes de pin, à faire de la pâte à sel, de la pâte à modeler, à me déguiser, à inventer des spectacles avec ma soeur, à faire des guirlandes en papier, à ramasser des escargots pour leur faire faire des courses… puis plus tard, à écouter de la musique, à écrire, à lire des romans pour ado, à faire du vélo, à me promener sans rien faire de particulier, à prendre des photos, à dessiner, à peindre, à aller voir des amis et jaser, écouter de la musique… et puis à n’importe quel âge, à discuter avec mes parents et ma soeur, faire à manger ensemble, aider mon père à ranger le bois, à préparer le barbecue, faire du jardinage avec ma mère, faire des jeux de société…
Et oui, le soir, on regardait un film à la télé, et parfois des dessins animés les après-midi d’hiver. Et j’ai pas grandit dans les années 50 hein, je suis de 95.
Et j’ai dit je ne sais combien de fois « je m’ennuiiiiiie » à ma mère, mais pas de panique, un enfant qui s’ennuie finit toujours par trouver quelque chose à faire !

View Comment Reply
Click here to add a comment

Leave a comment:

CommentLuv badge


%d blogueurs aiment cette page :