Ta semaine de 90 heures

Devrais-tu revoir ta semaine de 90 heures? - À lire sur Je Materne!

 

En apparence, il semble que beaucoup d’entre nous l’ont, “l’affaire.”

Bien oui, on fait peut-être parti des chanceuses et chanceux qui ont un grand loyer, une auto en bon état, ou plusieurs gadgets dernier cri. Du “gazon qui semble bien plus vert” chez nous et des finances qui nous donnent un air de liberté.

Mais pour s’offrir tout ça, on le paie avec notre temps, nos efforts et encore plus.

En fait, on ne finit plus par mettre au frein à notre travail. Après le boulot ou ton travail de parent pendant les jours de semaine, commence le deuxième chiffre de t’occuper de ta famille de soir et de fin de semaine. Les mamans, à la maison ou non, travaillent par exemple en moyenne plus de 90 heures par semaine.

Et autour de nous, ou même chez nous, on observe facilement du mécontentement, de l’épuisement ou même du désespoir face à ça.

Ça vaut la peine de s’arrêter et s’interroger sur: Pourquoi travaillons-nous peut-être un peu plus que nécessaire? Et là, je ne m’adresse pas qu’à toi, je m’inclus aussi dans le lot. À force de s’en parler, ça devrait finir par être une leçon de vie apprise.

Ça vaut les efforts d’arrêter de se voir comme des victimes. Souvent si on travaille trop, si on est en dette, si on a l’appétit de consommation plus gros que la panse, c’est beaucoup de notre faute. Nous avons le pouvoir en cherchant bien de faire autrement

Et de commencer à remettre les choses en perspective. La moitié de la population mondiale vit avec 8$ et moins par jour. Et si notre consommation continue de la sorte, la planète aura épuisé ses ressources en 2050. Tu seras probablement parmi les chanceux si tu apprécies ce que tu as, même si tu en fais moins ou que tu diminues vos possessions.

De trouver comment soigner l’hémorragie. Se faire un plan pour repayer nos dettes. Se développer une philosophie de vie alternative pour se guérir d’une dépendance à la surconsommation et à être constamment occupés. De laisser aller ce qui n’est pas essentiel ou qui ne nous fait pas plaisir de manière responsable et refaire notre horaire d’une manière plus équilibrée.

Et réaliser que souvent, c’est tout un régime de vie qu’on devra revoir et des changements à long terme qu’on devra faire pour avoir une vie balancée, revoir notre consommation personnelle, et accorder plus de temps à nos proches.

Parce qu’il faut aussi se demander, qu’est-ce qu’on veut dans le fond? Pourquoi courons-nous dans ce que les anglos appellent la Rat Race? Et est-ce qu’on est prêts à en payer le prix, comme moins de temps avec nos proches, plus de problèmes de comportement, de fatigue, de maladies, et d’épuisement des ressources?

Il serait le temps de réaliser que ce qu’on veut, ce n’est peut-être pas la maison extravagante, le chalet sur des acres de terrain vierge, les voyages annuels en avion, ou les autos de luxe… Mais peut-être quelque chose de plus simple. Cette chose qu’on essaie de s’acheter s’appelle le bonheur.

Et les études sur le bonheur démontrent que dépassé un certain seuil de revenu, un seuil de satisfaction, l’argent ne fait pas le bonheur et cesse de réduire les émotions négatives.

Il est temps de montrer l’exemple, et d’être un nouveau modèle de citoyen, de parent.

Ton p’tit bonheur, si tu regardes bien, les études sur le sujet ont démontré que tu as plus de chance de le rencontrer avec des personnes qui te sont chères et tes expériences de vie.

Il traverse peut-être devant toi le salon à pieds nus avec sa doudou qui traîne derrière lui.

Il peut se trouver dans le partage d’un bon repas, ou d’un après-midi au soleil avec les tiens.

Dans ce que tu crois des petits riens, comme le vent qui balaye tes cheveux et t’apporte des bouffées d’oxygène ou lorsque tu prends un moment pour t’adonner à ta passion.

Si on arrête de courir, pour se rendre compte que le bonheur est déjà bien autour de nous, ça sera déjà une révolution.

Une Révolution heureuse qui nous fera tellement du bien à nous, à notre planète, et aux personnes que nous aimons tant.

 

Suivez-nous

Marie-Eve Boudreault

Fondatrice et rédactrice en chef chez Je Materne | This Parenting Thing
Marie-Eve Boudreault est au quotidien maman de 4 petites merveilles et la fondatrice de Je Materne. Elle est bachelière en sociologie, blogueuse famille depuis 8 ans, et coach en parentalité.

Accompagne bien ton enfant avec des informations sérieusement géniales, un plan d'action inspiré, et une tribu super: deviens membre de notre Académie pour parents
Suivez-nous

Les derniers articles par Marie-Eve Boudreault (tout voir)

Click here to add a comment

Leave a comment:

CommentLuv badge