Je profite de la vie, donc je ralentis


Je profite de la vie, donc je ralentis - À lire!

 

Je parlais dernièrement avec mon chum de comment je me sens fatiguée.

Oui, je me couche un peu trop tard parfois, pour « avoir une soirée » comme on dit. Et ce n’est rien qui sort de l’ordinaire, il y a bien des parents fatigués!

Mais il y a plus que ça. J’ai réalisé que j’ai encore le rythme de quelqu’un qui travaille hors de la maison malgré le fait que ça va faire presque 5 ans que je suis « à la maison » avec mes enfants.

Pourquoi est-ce si difficile de briser ce rythme fou, où on veut faire les plus belles activités, chaque jour, tout en s’épanouissant personnellement dans tous les domaines et en gardant une vie sociale active? Pourquoi la valorisation de l’horaire de premier ministre?

Depuis que j’ai fait le choix de la maison et celui de l’école « hors les murs », je suis (encore plus) à contre-courant. C’est donc dire que presque toute la société, elle, nage dans le même sens… celui où le courant va vite, où on n’a pas le temps de voir le paysage et où si on ne regarde pas devant on ne verra pas la chute qui arrive! 🙂

Nous, les « autres » (les marginaux), on est parfois tentés de suivre ce courant aussi. On doit décider consciemment et se rappeler souvent de ne pas sauter à l’eau malgré la tentation qui est forte et malgré cette tendance lourde à faire beaucoup, à faire toujours plus.

Voici comment je réussis à me rappeler que nous avons choisi ce mode de vie en grande partie pour une raison:

Ralentir pour profiter de la vie!

 

1. C’est parfait de ne rien faire parfois

Ça veut dire quoi, rien faire, quand on est une maman? Ne pas sortir de la maison? Rester en pyjama? Ne pas faire de lavage? Dans mon cas, je décide d’avoir des journées sans sorties où le seul but est de nourrir mes enfants, les aimer et jouer avec eux. N’est-ce pas déjà assez comme réalisations dans une journée? J’essaie aussi de me rappeler que ce n’est pas juste correct de ne rien faire parfois, c’est même parfait!

2. Il y aura toujours demain

Ce que je ne réussis pas à faire aujourd’hui, je pourrai le faire demain. C’est la beauté d’être à la maison, non? Quelle liberté incroyable de SAVOIR que nous aurons plein de temps demain (et dans les jours suivants) pour faire cette chose qu’on n’a pas réussi à faire aujourd’hui.

Quand mon conjoint et moi avons décidé que nous ferions l’éducation à domicile, j’ai ressenti un soulagement immense en sachant que j’aurais encore des années pour faire des sorties et des activités magnifiques avec mes enfants, sans presse et sans obligations de suivre un horaire surchargé et rigide.

3. Prenons exemple sur nos enfants

Mes enfants sont mes enseignants. Ils n’ont pas de buts, pas de plans, ni de projets. Ils n’ont que l’instant présent.

Pourquoi ne pas prendre exemple sur eux?!

Dans mon travail comme coach et psychothérapeute, j’aime beaucoup avoir recours à la pleine conscience, la méditation et la respiration afin d’aider mes clients. Cette spécialisation me plaît car je crois profondément que l’instant présent est la source du bonheur et qu’il s’agit peut-être même du secret le mieux gardé pour une vie heureuse.

Quand on regarde nos enfants jouer on voit bien qu’ils sont heureux et épanouis et que souvent, tout ce qu’ils demandent, c’est de pouvoir jouer plus longtemps ou bien qu’on se joigne à eux. Ils n’ont pas besoin d’un horaire chargé et cela leur serait même nuisible.  Les jours où il y a une sortie celle-ci est alors la bienvenue car ils ne sont pas surmenés et surexcités. Ils en profitent donc beaucoup plus!

4. Priorité: le bien-être de notre famille

Ça m’aide de me rafraîchir la mémoire souvent en me rappelant le but derrière mes choix: le bien-être de mes enfants, le mien et celui de mon conjoint. Dès que je me questionne sur la nécessité d’un projet ou d’une sortie, je me demande d’abord si ça nous rendra plus heureux et plus épanouis.

5. L’équilibre dans l’horaire

Ça prend des moments intenses et des moments calmes. À chaque famille de voir ce qui est le meilleur équilibre pour elle. De notre côté, nos enfants sont jeunes et je remarque que les petites sorties intenses sont bien parfois, mais que c’est mieux de faire plus de sorties relaxantes et de les espacer avec beaucoup de temps libre à la maison pour jouer dehors et faire de petits jeux simples à l’intérieur. Ne pas en prendre trop nous donne aussi la possibilité d’improviser une sortie à la dernière minute ou d’accepter l’invitation de nos amis le matin même!

6. Des journées pyjamas!

C’est un must chez-nous! Ça nous rappelle qu’il n’y a pas de plan ce jour-là et on aime bien regarder l’autobus scolaire qui passe en nous trouvant bien chanceux de ne pas avoir à sortir!

7. Place à la spontanéité!

Quand on décide de ralentir le rythme on a forcément moins de plans, ce qui nous permet d’être disponibles pour accepter des invitations de dernière minute, pour laisser notre imagination nous guider dans un jeu, ou pour décider de passer des heures dehors! On peut se laisser guider par notre humeur et nos envies du jour. On peut aussi se laisser inspirer par le temps qu’il fait dehors.

C’est ça la liberté, non?

Je vous souhaite de profiter de la belle saison pour ralentir, selon votre niveau de confort et vos limites. Amusez-vous bien avec vos enfants en toute simplicité, et en prenant exemple sur eux!

 

Marie-Eve Verret
Suivre

Marie-Eve Verret

Blogueuse chez Je Materne
Depuis 10 ans Marie-Eve fait du counselling, de la psychothérapie et du coaching en parentalité positive. Elle est maman de deux amours et fait l'école à la maison. Suivez-la sur sa page Inspire Counselling Marie-Eve Verret où elle parle de comment mieux prendre soin de soi comme parents!
Marie-Eve Verret
Suivre
Académie pour parents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge