Tu grandis si vite, mon fils…

Tu grandis si vite, mon fils... À lire sur Je Materne!

C’est comme si c’était hier, on revenait de la maternité, il faisait chaud à Paris. Un bon mois d’août, comme il n’y en a plus vraiment ces derniers temps.

Je t’ai longuement regardé en train de dormir, avec tes petits bras en l’air. J’étais émerveillée par ta présence.

Toi, mon premier bébé.

Tu as fait de moi une maman, alors que c’était un rôle qui me faisait peur et qui pesait lourd sur mes épaules, bien que je l’attendais impatiemment.

Tu respirais doucement, et paisiblement. Rien ne pouvait te perturber. Tu dormais profondément.

Moi, je retenais mon souffle à chaque fois que tu bougeais. Partagée entre l’envie de te prendre réveillé dans mes bras, et le besoin de rester encore assise là à te regarder, et à me reposer.

Et puis dans ton rêve tu as souri, et ça m’a touchée au plus profond de moi. Pour moi c’était une preuve.

Preuve que tu étais bien, que tu étais heureux dans le petit cocon que j’avais préparé pour toi.

Puis, emporté par le quotidien, le travail, la naissance de tes petits frère et soeur, le temps nous file entre les doigts. Il y a 10 jours, nous avions fêté ton 8e anniversaire.

Cette phrase est d’un cliché, mais qu’est-ce qu’elle est véridique: « Comme le temps passe vite! »

Tu prends un peu plus de temps à la sortie de l’école pour parler avec tes copains, tu es content d’aller faire tes stages d’une semaine loin de la maison, tu me racontes des choses que je découvre moi aussi, tu veux te débrouiller tout seul pour les courses.

Je me rends compte que tu as vraiment grandi. Je suis si fière de toi.

Je voudrais que tu saches que je serai toujours là pour toi, pour t’aider à avancer, pour t’aider à comprendre la vie, pour t’épauler dans tes réussites mais également dans tes échecs. Je pense que tu as encore beaucoup à apprendre mais le plus important c’est que tu es sur la bonne voie.

Alors, je vais continuer ainsi.

À essayer de te fournir des ailes pour que tu voles au-delà de tes rêves.

Et pour ce jour où tu reviendras me voir à la maison, pour me dire que tu es heureux dans ta vie, tout simplement.

Ce jour-là, je comprendrai que j’ai réussi dans cette tâche que tu m’as attribuée le jour de ta naissance.

Je t’aime, mon fils.

 

Mino Rakotozandriny

Mino Rakotozandriny

Blogueuse Lettres ouvertes chez Je Materne
Mino est maman de 3 enfants et est adepte du style de vie minimaliste.
Blogueuse depuis 2011 sur le sujet, elle partage ses conseils et ses
réflexions sur son blog Maman Minimaliste.
Pour aider les parents à désencombrer et à organiser la maison, elle a
créé le programme en ligne Je Simplifie Ma Vie, en collaboration avec
une autre blogueuse.
Mino Rakotozandriny

Les derniers articles par Mino Rakotozandriny (tout voir)

Click here to add a comment

Leave a comment:

CommentLuv badge