À la maman en détresse

À la maman en détresse - Violence faite aux femmes #MoiAussi

À toi chère maman pour qui la dernière année passe mal.  À toi ma soeur de vie. J’écris ceci en solidarité de toutes celles qui vivent ou ont vécu quelque forme de violence que ce soit. Dans ce texte il y a un peu de toi, un peu de moi, un peu de nous toutes.

Rappelle-toi comme tout avait débuté comme un conte de fée.  Il était beau, gentil, attentionné, il sentait bon et te faisait sentir comme une reine.  Tu ne sais pas ce que tu as fait pour que ça change.  Un jour, c’est le pur bonheur et le lendemain tu te questionnes sur comment tu vas faire pour sortir de là.

Soudain? Pas tant que ça.

Te rappelles-tu combien tout le monde le trouvait adorable?

Comment il te lâchait parfois des craques bien ciblées, que ça faisait rire tes proches et comment ça te mettait mal à l’aise?  Tu ne ripostais pas, parce que tu ne voulais pas péter l’ambiance ni avoir l’air d’une hystérique et puis… ce n’était pas si grave.

Te rappelles-tu quand il s’est mis à te faire douter de toi. Dans absolument tout, même dans ce que tu excelles? Ton travail, ton physique, la façon d’élever tes enfants, ta façon de parler, TOUT.

Te rappelles-tu comment ça te troublait mais que tu n’en parlais jamais? Même pas à ta soeur ni à ta mère, parce que tu doutais sincèrement de tes capacités?

Heureusement qu’il était là, parce que sinon, qui aurait bien voulu d’une maman comme toi.

Tu souviens-tu comment ça a dégénéré jusqu’à te faire croire que tu étais d’un physique dégeulasse, que tes enfants ne te respecteraient jamais, que ton employeur te méprisait? À quel point tu étais idiote et qu’il fallait toujours tout t’expliquer?  Ça te revient?

Remémore-toi ton isolement. Tu as commencé à éviter des personnes qui t’aiment vraiment parce que tu avais honte de ce que tu devenais.

Tu as fini par croire que la personne qui partageait ta vie devait être vraiment forte pour te garder auprès d’elle avec tous tes défauts.  Alors, tu as compris que tu lui étais redevable, que tu devais faire ce qu’il te demandait parce qu’il savait ce qui était bon pour toi.  Tu t’en souviens maintenant?

C’est comme ça qu’il t’a brisée.  Il t’a eu à l’usure en exploitant chaque versant de ta personnalité.  Ta générosité, ta sensibilité, tes complexes, tes doutes et ta culpabilité.  Il s’est servi de tout ce que tu es pour te mettre à sa main.

Tu as conclu que tu méritais son mépris quand le souper n’était pas assez bon ou quand tu n’étais pas «assez enthousiaste» au lit.  Que tu méritais son silence quand il ne daignait pas répondre à tes inquiétudes. Un jour, tu as eu une seconde d’éveil en pensant que tu devrais partir, que ce n’était pas supposé être ça, l’amour.  Tu as failli partir.  Il t’a reprise en étant plus stratégique et plus manipulateur que jamais.  Tu avais raison, le contrôle ce n’est pas de l’amour. Mais tu étais épuisée.

Il t’a fait peur avec la vie en te faisant croire que tu n’arriverais jamais seule… à rien.

Il ne te l’a jamais dit mais il a eu peur que tu le quittes. Il a redoublé d’efforts.  Il a compris que les mots ne te suffisaient plus; tu as reçu ta premìère giffle.  Tu la méritais celle-là, non? Et puis la claque et le serrage de bras, et puis le contrôle de ta garde-robe et de tes allées et venues, et puis honorer ton devoir conjugal, et puis la prise en otage de ton enfant et les menaces de mort? Tu étais terrorisée, paniquée, incapable de réagir.

Qu’est-ce que ça t’a coûté d’y rester?  Qu’est-ce que ça prend pour en sortir?

Peut-être es-tu encore dedans, n’aies pas honte. Même les étoiles, les stars, vivent ton histoire.

Le premier pas vers la sortie c’est de briser le silence. Choisis bien ton ou ta confidente. Si tu ne peux parler à personne, il y a des centres qui accueillent les femmes qui vivent exactement ce que tu vis. Tu vas y arriver.  J’ai confiance en toi, j’en ai pour 2.  Nous toutes qui lisons cet article, fermons les yeux une minute. Envoyons de l’énergie ou du courage ou du positif à nos femmes qui vivent de la détresse.

Chère maman en détresse, tu as donné la vie, tu es forte et magnifique, tu peux et tu vas y arriver.

Ton CLSC a des références pour toi, n’hésite pas à les contacter.  Les centres des femmes aussi peuvent être tes alliés.

Tu veux que je te dise un secret, il est peut-être plus fort mais il est mort de trouille de se retrouver seul.

Fonce et sors!

 

Cliquer ici pour tout lire notre Dossier spécial #MoiAussi. D’abord paru sur Noire de blogue.

Stéphanie Deschamps

Stéphanie Deschamps

Blogueuse Vie de maman chez Je Materne
Stéphanie Deschamps est nouvelle maman et auteure de Noire de blogue. Ses tranches de vie sur la grossesse, la naissance, et la vie avec un nouvel enfant colorent avec passion sa chronique Vie de maman.
Stéphanie Deschamps
3 comments
Lea

Merci , c est exactement ce que j ai vécu jusqu’à mon depart et maintenant la justice veut me retirer mon fils car je l allaite encore a 2 ans et 3 mois donc je ne suis pas victime juste une mere fusionnelle menteuse . On pourrait m accusé d aliénation parentale. Et lui pauvre victime incomprise piégé qui veut mon fils pour m atteindre … merci pour ces mots qui me soulage dans cette periode de combat ou je me sens incomprise

View Comment Reply
    Marie-Eve Boudreault

    Bon courage dans cette épreuve, bravo de rester forte! Peut-être que le Dr Jack Newman pourrait t’aider pour un témoignage d’expert en justice, il paraît qu’il écrit parfois des recommandations dans ces situations, https://ibconline.ca/ask-a-breastfeeding-question

    View Comment Reply
    Stéphanie Deschamps

    Je suis heureuse que ce texte puisse te faire du bien. Ce qui s’en vient ne sera pas toujours facile mais tu n’es pas seule. Reste forte et répète-toi que tu as choisi de lui reprendre ton pouvoir. Bravo belle maman.

    View Comment Reply
Click here to add a comment

Leave a comment:

CommentLuv badge


%d blogueurs aiment cette page :