• Home  / 
  • Mieux-vivre
  •  /  Simplement, créez un Noël à votre image (sans la pression de tout acheter ou tout faire)

Simplement, créez un Noël à votre image (sans la pression de tout acheter ou tout faire)

Noël, simplement. À lire sur Je Materne!

Enfant, Noël est magique. On pose un regard fasciné sur cette période de l’année, envoûtés par l’esprit des Fêtes.

Puis un jour, on devient grand et on se rend compte que la magie a été créée en grande partie par nos parents, comme un cadeau pour l’enfant que nous étions.  Et un jour pas si lointain, nous voilà, responsable de créer la magie pour nos enfants. La société, Facebook, Pinterest, les magazines, partout, des solutions sur comment rendre Noël vraiment magique nous sont proposées.

Partager des trucs et des idées c’est bien, mais voilà que 90% de ces idées semblent avoir été créées pour nous pousser vers un geste précis: Acheter.

Si on décide de s’éloigner de ce courant en préférant le DIY, on se retrouve avec une version moins commerciale peut-être, économique en argent mais tout aussi prenante sur notre “budget” de temps.  Et nous voilà donc, stressés, à presser notre enfant de bien vouloir s’endormir rapidement car nous avons des décorations en pâte de sel à modeler, des cadeaux à coudre a la main, et tout un tas d’autres tâches urgentes à faire avant le 24 décembre.

Il existe une autre alternative, une autre option qui inclut moins de stress, moins de pression, et pourtant tout autant de magie.

C’est tout simple:

L’équilibre.

Oubliez d’ailleurs les critères de “ce que doit être un Noël minimaliste” autant que ceux du Noël traditionnel.

Créez pour vos enfants, un Noël à votre image.

 

1. Adopter des rituels et des traditions de Noël simples

C’est à nous de créer des traditions, et surtout de choisir celles qui conviennent à notre famille, ni plus ni moins. Ce que nos enfants aimeront, c’est pouvoir se souvenir du Noël de l’an dernier, et prévoir ainsi le prochain. Les enfants aiment les rituels et les traditions puisqu’ils leur permettent de développer un sentiment d’appartenance. Ils aiment pouvoir se dire: dans ma famille, c’est comme ça.

Mieux vaut une tradition toute simple, facile à exécuter, qu’une qui se transforme en lourdeur chaque année.

Un déjeuner spécial chaque année le 24 décembre?

Une sortie à pied pour aller voir les décorations du voisinage le jour de Noël, le soir, alors que normalement on reste a l’intérieur en soirée?

Un pyjama identique pour chaque enfant?

2. Avoir des attentes réalistes

Lorsqu’on choisit une activité, c’est facile de se laisser emporter par les idées des autres, les publicités, et parfois c’est génial de s’inspirer ainsi. Le problème c’est que parfois, ça crée des attentes d’où découlent des déceptions. Non, votre enfant qui déteste aller dehors ne sera probablement pas émerveillé à l’idée de faire du ski; ça ressemblera plutôt à des lamentations probablement.

Pourquoi pas prévoir en conséquence et inviter une cousine plus âgée à venir se faire un peu d’argent et rester avec lui à la maison, pendant que vous y allez avec les autres enfants? Vous serez heureux de vous retrouver après avoir chacun passé un après-midi à votre goût, et souper ensemble alors que les enfants pourront se raconter leurs aventures de l’après-midi….

Noël ne devrait surtout pas devenir une raison de s’imposer du stress supplémentaire.

3. Se permettre de faire ce qui rend votre famille heureuse

La magie de Noël, c’est surtout le bonheur, la motivation d’être heureux ensemble… Parfois, on se donne la permission de dépenser un peu plus que d’usuel, de se gâter… Ou simplement, on se permet de rester en pyjama à lire des dizaines de livres aux enfants. D’autres fois, c’est une période où on laisse plus de place à notre côté spirituel.

Peu importe. L’important c’est d’être conscient que la magie de Noël n’est pas quelque chose qui se crée alors qu’on remplit une liste de critères sur une to-do list.

La magie de Noël est créée avant tout par des humains, qui choisissent ensemble de mettre de leur temps, de leurs cœurs, dans une série de gestes visant à rendre heureux leur entourage et eux-mêmes. C’est être ensemble. S’amuser. Relâcher la pression.

* Une parenthèse: Oser acheter sans culpabilité

Vous serez peut-être surpris de savoir que malgré toutes mes chroniques sur (contre) les jouets, à chaque Noël, j’achète des jouets “ordinaires” même s’ils ne vont pas nécessairement de pair avec mes convictions.

Le compromis acceptable pour moi, c’est un.

Chaque enfant reçoit un jouet qu’il a demandé peu importe ce que c’est. C’est l’équilibre qui me convient en matière de cadeaux. Cette année, j’ai même acheté une boite de tours de lutins afin d’avoir 24 tours pour faire rire les enfants chaque matin. Ce n’est pas nécessaire mais ça me fait plaisir et j’ai établi que c’était parfait comme ça.

Lorsqu’on commence une démarche vers le minimalisme, parfois on a besoin de frapper un extrême, avant de revenir vers un juste-milieu. Je l’ai vécu comme beaucoup de gens, et c’est le fait de visiter les extrêmes du courant qui m’a aidée à mieux me définir, définir ce qui me convenait à moi, à ma famille. J’ai réussi à trouver les limites de ce qui me convient, de ce que je souhaitais comme relation avec les objets et l’achat.

Acheter, accumuler, ne pas profiter de ce qu’on achète, c’est une chose.
Mais c’est possible aussi, d’acheter et de réellement profiter de ce qu’on a acheté.
D’acheter et que ça vaille la peine. Parce qu’on le souhaite vraiment et que ce n’est plus qu’un geste par habitude. Parce que ce qu’on prend le temps de vouloir avant de posséder.

 

La magie de Noël, c’est papa et maman en pyjamas qui prennent le temps avec leurs enfants.

En tout cas, pour moi. C’est le karaoké improvisé, essayer d’apprendre aux petits une chanson de Noël. C’est prendre une marche dehors avec le traîneau et prendre le temps d’admirer les décorations. C’est acheter des pyjamas identiques juste parce qu’on aime ça. C’est manger 2 jours d’affiliée la même chose, parce qu’on décide de se faire un buffet froid simple pis de piger ce qui nous tente là-dedans sans préparer de repas officiel.

C’est simplement être avec nos enfants et leur permettre d’avoir accès à une version plus joyeuse, plus détendue peut-être, de leurs parents. 

Zoé L-Sirois

Zoé L-Sirois

Blogueuse chez Je Materne
Maman de 4 filles, et passionnée de simplicité volontaire, elle nous inspire avec ses chroniques "Maternité et simplicité" et "Discipline positive". Vous pouvez aussi la suivre sur la page Facebook de son blogue: 5 minutes pour jouer
Zoé L-Sirois
Click here to add a comment

Leave a comment:


x