À toi, la maman devenue grand-mère

Chère maman, maintenant que tu es grand-mère j’ai quelque chose de très spécial à te dire.

Tout d’abord, j’ai envie de te remercier pour ce que tu m’as offert. Tu m’as faite telle que je suis. Tu m’as permis d’être quelqu’un qui a de belles valeurs, une honnête personne et une femme qui sait se battre pour ses convictions.

Depuis que je suis devenue une maman à mon tour, j’éprouve pour toi beaucoup, mais alors là, beaucoup de reconnaissance. Bin oui, tout le monde peut avoir des enfants, mais tous ne savent pas être de bons parents.

Ça, tu vois, tu m’as appris comment l’être.

Ensuite, j’aimerais te dire de ne pas t’offusquer si aujourd’hui je n’emploie pas tes méthodes d’autrefois. Ne pense jamais que j’ai une mauvaise opinion de ta façon de faire parce que j’ai choisi la maison de naissance, le cododo, le portage, l’allaitement et puis la DME (diversification alimentaire menée par l’enfant). Ne prends pas personnel mon rejet de la suce, du biberon et de la couchette.

Les outils que j’utilise avec mon bébé ne sont pas une critique de ceux que tu avais pour moi. Je sais je te casse les oreilles avec les fameuses nouvelles études au point où tu te demandes si j’ai adhéré à une secte. Je sais c’est dommage, avec mes choix, je te prive de donner le biberon à ta petite fille. Je sais, elle ne peut pas encore s’endormir sur toi ni sans moi. Je sais, tu ne peux pas encore la garder chez toi pour le week-end. Tu dois faire le deuil de la grand-mère que tu t’attendais à être.

Mais j’aimerais que tu réalises à quel point c’est secondaire les méthodes. Car ce qui compte c’est ce qui se transmet.

Qui se souvient du type de bain dans lequel il a baigné étant bébé? Se rappelle-t-on si notre nourriture de bébé était solide ou en purée?

Par contre, on n’oublie pas le sentiment de réconfort qu’on éprouve dans les bras de sa mère. On n’oublie jamais l’amour. C’est ça qui compte, c’est ça qui se transmet. Le réconfort, la sécurité, la confiance, l’amour.

Quand ma fille aura des enfants, tout aura probablement changé encore. Et à mon tour, j’en pédalerai un coup pour rattraper la nouveauté. Et alors je comprendrai ton sentiment de dépaysement.

Mais je me console en me disant que le réel héritage sera l’amour.

D’ici là, dis-toi que je ne néglige aucun effort pour faire ce que je crois être le mieux pour mon enfant, comme tu l’as fait pour moi. Sois fière de moi, sois fière de toi. Je bouscule les conventions, non pas par plaisir, mais par amour pour mon bébé. Tu m’as appris à ne pas opter pour la facilité par peur de représailles. Tes enseignements portent fruit.

Tu peux être fière de ton maternage. Tu as fait un boulot du tonnerre et je m’en inspire chaque jour.

Tu es une grand-mère merveilleuse et je n’ai aucune inquiétude que tu sauras trouver tes marques. T’inquiète donc pas pour le biberon, il existe mille autres manières d’être présente dans la vie de tes petits enfants. Courage tu vas trouver.

Je t’admire maman, merci d’être avec moi dans cette belle aventure de la vie.

xxx

 

Clique ici pour partager et épingler sur Pinterest

Michelle Roy

Michelle Roy

Blogueuse chez Je Materne
Maman de la petite Félixe, accompagnante à la naissance pour le regroupement des accompagnantes de l’Est et marraine d’allaitement chez Nourrissons-Lait. Suivez-la sur sa page Facebook
Michelle Roy

Les derniers articles par Michelle Roy (tout voir)

Click here to add a comment

Leave a comment: