Le jour où on a décidé de vivre dans une petite maison et de ne pas voyager

Le jour où on a décidé de vivre dans une petite maison et de ne pas voyager - À lire absolument sur JeMaterne.com!

Il fût un temps, alors que nous étions à peine majeurs sans doute pas complètement vaccinés, où nous aimions souper dans les meilleurs restaurants de Québec, voir les spectacles dont tout le monde parlait, idéalement pas au balcon.  On avait notre petit appartement, mais on prenait plaisir à se louer une chambre d’hôtel pour une fin de semaine juste pour changer de décor. 

Ça nous coûtait un bras en magret de canard, mais on était heureux et surtout, on en avait les moyens. 

Rapidement, nous avons acheté notre première belle et grande maison presque neuve et nous avons eu notre premier enfant. 

Le jour où on a décidé de vivre dans une petite maison et de ne pas voyager - À lire absolument sur JeMaterne.com!

On amenait notre nouveau-né avec nous dans les grands restaurants, mais on a vite réalisé que ce rythme de vie ne concordait pas du tout avec nos nouvelles responsabilités financières… et que finalement, ça ne nous rendait pas tellement plus heureux.  

Lorsque nous sommes déménagés, nous avons délibérément fait des choix différents. 

Nous avons acheté une toute petite maison ayant une structure solide, mais quelques (plusieurs) petits travaux à faire.  Une petite maison qui nous permettrait de n’utiliser qu’un salaire pour payer toutes nos dépenses mensuelles.  

Nous avons troqué nos séjours à l’hôtel pour une tente-roulotte, puis éventuellement une roulotte, afin de pouvoir partir en vacances plus souvent qu’une semaine par année et pour infiniment moins cher qu’un voyage à Cuba.  

Le jour où on a décidé de vivre dans une petite maison et de ne pas voyager - À lire absolument sur JeMaterne.com!

Nous avons décidé que 100$ de compte de téléphone cellulaire, ça n’avait aucun sens, que ce n’était pas un besoin.  On a droit à des regards plein de suspicion quand on parle de nos forfaits prépayés à 30$ par mois… ensemble (oui madame!) et du fait que nous avons du « data » pour les urgences seulement.

Sans vraiment le vouloir, nous n’avons acheté que très peu de vêtements neufs à nos enfants.  Nous avons accepté ceux offerts par des amis, nous avons même été adeptes des friperies quand nous y avons découvert des vêtements modes avec les étiquettes!

Tout ça pour dire que nous avons fait des choix qui semblent à contre-courant, des choix qu’on a trouvés difficiles à assumer par moment, mais qui prennent tout leur sens maintenant. 

Le jour où on a décidé de vivre dans une petite maison et de ne pas voyager - À lire absolument sur JeMaterne.com!

Ces choix nous permettent de vivre sans se soucier de la fin du mois.  Ils nous permettent de ne pas avoir peur des coups durs.  Ils nous permettent de réaliser nos rêves bien avant notre retraite.  

Attention, je n’ai pas la prétention de dire que nous sommes meilleurs que les autres, que nos choix sont les meilleurs non plus, mais ce sont ceux qu’on a choisis de faire et dont nous sommes fiers, malgré le regard des autres, et c’est tout ce qui importe!

Partager sur Pinterest

Le jour où on a décidé de vivre dans une petite maison et de ne pas voyager - À lire absolument sur JeMaterne.com!

Clique ici pour partager à d’autres parents intéressés sur Pinterest

 

Pour tout recevoir de Je Materne, incluant une Masterclass du jour pour maman gratuite et 10 autres bonus, merci de t’inscrire plus bas (ou clique ici pour l’info).

Véronique Fournier

Véronique Fournier

Blogueuse Récits de parents chez Je Materne
Bachelière en enseignement primaire et préscolaire, enseignante de français langue seconde auprès des militaires, Véronique est avant tout amoureuse folle de son homme. Ils sont parents de 5 enfants dont un couple de jumeaux: un garçon plein de vie et une fille qui a mis ses ailes à la 24e semaine de grossesse.

Écrivaine refoulée, blogueuse dans l’âme sur Mes Billets Doux, c’est avec grand plaisir qu’elle a envie de partager ses Récits de parents, entre autres ceux dont on ne parle pas assez.
Véronique Fournier
Click here to add a comment

Leave a comment: