All posts in "Activités beau-temps"

Vie à la campagne et maman à la maison

Vie à la campagne et maman à la maison - à lire sur Je Materne

 

Ça fait presqu’un an maintenant que nous habitons à la campagne, en milieu rural. En fait, on habite plutôt en forêt, sur un beau grand terrain boisé, à seulement quelques minutes d’une grande ville.

Tout de même, en arrivant ici, j’ai été sous le choc pendant quelques… mois!

Nous avons quitté une banlieue récente et opté pour ce coin de nature qui nous tentait tant. Pour toutes celles et ceux qui hésitent à faire le saut, ou qui se questionnent à ce sujet, voici les pour et les contre de la vie à la campagne selon une maman à la maison.

 

Les défis de la vie à la campagne

 

  1. On est loin des « activités » de la ville

Musées, piscines, cafés, beaux parcs avec jeux d’eau et centres d’achat ne sont plus au coin de la rue comme avant. Nous sommes à seulement 20 minutes de la plupart de ces belles activités que nous aimons, mais c’est assez pour y penser à deux fois avant de se déplacer, surtout avec de très jeunes enfants ou en hiver, quand la température est moche.

Ce défi a été, et est encore, de taille pour moi. Mon conjoint et moi avons hésité entre déménager en ville ou à la campagne car nous nous sentons à l’aise dans ces deux environnements! J’aime beaucoup les petits cafés où je peux relaxer avec mes enfants et observer la foule.

Un avantage à être plus loin est que nous devons y penser davantage avant de nous déplacer. Lorsqu’on fait une sortie, on est certains que c’est vraiment ce qu’on veut faire et on se prépare bien pour que tout se passe bien (collations, les enfants reposés, la température est belle, etc.)

Ça rend les sorties plus spéciales et ça évite de faire des dépenses inutiles.

 

  1. Il y a un risque d’isolement

Étant maman à la maison déjà, en banlieue, il arrivait que je me sente isolée. Nous fréquentions des parcs déserts et marchions dans des rues où il n’y avait que maisons vides.

À la campagne, je suis tout autant seule dans les parages durant la journée mais au moins j’y vois la nature, les arbres, les oiseaux et parfois, des animaux! Je crois que peu importe où on habite on peut ressentir cet isolement si on ne fait pas les efforts pour sortir de notre « bulle ». Par exemple, il faut organiser des activités avec d’autres familles, inviter des gens chez nous, ou aller à l’épicerie et faire l’effort d’échanger quelques paroles avec les employés et clients.

Ayant aussi toute la flexibilité du monde dans notre horaire (ou presque!), j’ai eu la chance récemment d’accueillir à la maison de la famille et des amies en congé. Ça change de la routine et ça nous permet de passer du temps de qualité avec eux.

 

  1. Moins de choix de commerces et de produits spécialisés

En milieu rural, c’est certain qu’il y a moins de magasins d’alimentation spécialisés tout près. Ça va si vous n’avez aucune restriction alimentaire mais dès qu’on a une alimentation un peu différente (végétalienne ou sans gluten par exemple) il faut toujours se déplacer plus loin et faire des petits détours pour aller chercher nos produits.

De nos jours au moins, il y a possibilité d’acheter beaucoup de choses sur internet, ce qui facilite la vie des familles en milieu rural. En revanche, le milieu rural renferme toujours des perles d’agriculteurs et de producteurs locaux qui nous permettent de nous procurer des produits d’exception pas trop loin de la maison.

 

Les avantages de la vie à la campagne

 

  1. La nature dans sa cour!

VRAIMENT. La nature est dans mes fenêtres, dans toutes les fenêtres de la maison. Quand la ville nous manque il suffit d’y aller, et souvent, après quelques heures seulement on a fait le plein de lattés, de librairies et de magasinage. Ensuite on revient chez-nous et la nature est là pour nous.

Les enfants peuvent courir dehors, entendre le ruisseau et la rivière, observer des animaux sauvages dans notre cour, et l’hiver, on fait de la raquette à partir de notre propre terrain.

 

  1. Diminuer la consommation de matériel

Il est possible que ceci ne soit pas le cas de toutes les familles en milieu rural… mais pour nous, l’éloignement des magasins et des épiceries nous poussent à réfléchir à ce qu’on a besoin d’acheter avec un plus grand soin. Il y a aussi moins de comparaisons entre voisins.

En banlieue j’avais parfois l’impression que tout ce qu’on avait à regarder était les voitures des voisins, leur aménagement paysager et leur maison car il y avait peu d’arbres dans notre quartier et les maisons étaient très rapprochées. Ici, à la campagne, je sens que mon « look » est moins important et que les standards ne sont pas les mêmes.

 

  1. Un mode de vie plus ralenti

Parce que la nature est dans notre champ de vision, je trouve la vie à la campagne plus zen. La nature est tout ce qu’on voit à chacun des repas, et ça pousse à la contemplation.

Comme je disais plus tôt, depuis qu’on habite ici on fait aussi moins de sorties inutiles donc on se retrouve moins en train de courir partout, chaque jour. On calcule plus nos sorties tout en sachant que si on ressent vraiment le besoin de sortir, on n’est qu’à quelques minutes de la piscine ou de la bibliothèque.

Ça a été long pour moi avant que je puisse m’adapter à ce rythme de vie plus lent. C’est comme si toute la société nous pousse à faire, faire, faire et à planifier plein de sorties et d’activités avec les enfants.

Pourtant, pendant que les enfants sont petits, c’est le temps de profiter de ce temps précieux à la maison pour danser dans le salon, faire des bricolages, des sorties en traîneau, etc. On peut parfaitement faire tout ça de la maison.

Et j’ai réalisé aussi que mes enfants se fatiguent vite et n’ont pas besoin de faire une sortie chaque jour. Pour le moment, ils sont heureux quand ils jouent ensemble et avec maman, et qu’ils ont la liberté de rire et de courir sans contrainte de temps, vêtus de leurs pyjamas!

 

J’aurais pu développer longuement sur le mode de vie à la campagne comparativement à celui en ville ou en banlieue.

J’espère que ce petit résumé de mon expérience de la dernière année aidera certaines familles à continuer leur réflexion sur la vie à la campagne et peut-être à tenter une expérience différente!

Dans notre cas, nous avions besoin d’oser l’expérience de vie à la campagne. Sinon, je pense bien que l’idée aurait continué de nous hanter sans cesse…

Il est possible que lorsque les enfants seront plus vieux nous aurons des besoins différents. Pour le moment, ce mode de vie nous convient très bien… la plupart du temps! 🙂

 

Lire plus >

Ton envie du printemps. Tout de suite.

Ton envie du printemps. Tout de suite. À lire sur Je Materne!

 

Où je vis la fameuse tempête de neige de la St-Patrick est en train de nous tomber dessus. On attend presqu’un demi-mètre de belle neige blanche à pelleter, à confronter, ou à aimer.

Elle semble revenir à chaque année, à peu près à la même date. Si on était enclin à croire au supernaturel, on pourrait même dire qu’on l’incante tellement on s’attend à la recevoir. Et à chaque année, on est plusieurs à s’en plaindre.

Sauf que maintenant, je ne m’en plains plus.

Je fais de mon mieux pour ne plus me plaindre de la pluie, de la neige, même du temps trop chaud. Ni de rien en général.

Pas que je suis plus hot qu’un autre. C’est que si j’aime pas vraiment être confinée à l’intérieur de force, j’aime encore moins le sentiment d’impuissance de me plaindre.

C’est pas comme si j’avais pas le choix. Je pourrais mettre 10$ par jour, et on serait tous dans le Sud à pareille date l’an prochain. Je pense que la plupart d’entre nous le pourrait. On peut conserver notre citoyenneté et être ailleurs dans le monde 6 mois par année.

C’est que je ne veux pas que la météo me dicte mon humeur, plus de la moitié de l’année. Je n’ai pas le goût d’être la victime de quelque chose que je ne contrôle pas vraiment. Parce que dans le fond, j’ai fait le choix de rester ici.

C’est que je n’ai pas le goût de ne pas vivre heureuse à chaque jour. De ne pas ressentir de gratitude pour ma situation.

Oui, on en a un “char” de belle blanche. Mais c’est aussi parce qu’on vit ici que la plupart d’entre nous a le ventre plein, accès à une éducation, accès à un système de santé, un toit au-dessus de notre tête. Qu’on fait partie du 1% des plus riches (matériellement) sur la planète. Qu’on doit se compter chanceux même si tout n’est pas parfait. Que je crois qu’on a la responsabilité de ne pas se plaindre de notre sort.

Ça fait que la prochaine fois que je vais avoir l’occasion de me plaindre, j’aime mieux ravaler ça et me concentrer sur ce que j’ai ou ce que je vais faire. Mettre cette belle énergie-là à aimer ma vie ou la changer pour l’aimer encore plus.

Comme sortir mes raquettes et aller en forêt. Comme profiter du cocooning pour faire avancer mes projets. Comme me faire la promesse de sortir dehors encore plus cet été. Comme profiter du temps avec mes enfants qui grandissent tellement vite.

Sur ce, je m’en vais profiter de la belle journée qui se pointe le nez. Et toi?

Lire plus >

Comment avoir du temps pour toi, parent occupé. Même en compagnie de ton enfant.

 

comment avoir du temps pour toi, parent occupé, même avec ton enfant

On veut tous passer du temps de qualité avec nos enfants et la plupart d’entre nous s’en assure. Mais comme parent c’est aussi important d’avoir du temps pour toi tout seul. Voici comment le trouver.

Je me rappelle les premiers mois avec mes jumeaux. Presque 100% de mon temps leur était dédié, par nécessité.

Ça n’empêchait pas qu’en plus de m’occuper de leurs besoins, je devais m’occuper des miens. Et, entre autres, j’avais le goût de me remettre en forme.

Cette première année-là, j’ai réussi non seulement à revenir à mon poids cible, mais être plus en forme que jamais et faire un premier combat amateur en arts martiaux mixtes (t’sais, le genre qu’on voit au UFC).

Ce n’était pas toujours facile de prendre du temps pour moi, et avec le temps j’avoue que la routine familiale peut prendre le dessus.

Mais avec l’expérience, et j’ai eu plusieurs occasions de repousser mes limites car je suis maintenant maman à temps plein de 4, j’ai trouvé plusieurs trucs pour y arriver, avec de la volonté.

Le temps numéro un pour prendre du temps pour moi c’est pendant le sommeil de mes loups. Règle numéro un: le dodo des enfants est d’or, la sieste est d’argent. C’est sûr que c’est facile dans ce temps-là de s’affaler sur le divan et d’écouter la télé pour se détendre ou aller sur Facebook – et si c’est ce que tu veux, fais-le sans honte. J’le fais souvent aussi, pendant que bébé dort dans mes bras.

Mais au moins la moitié du temps que je ne dors pas moi non plus, j’le garde pour mes projets comme bloguer, avec souvent bébé dans le porte-bébé. Ça fait tellement une belle différence dans ma vie! (Et j’espère, dans la tienne!) Évalue si y’aurait pas un projet qui t’épanouierait que tu pourrais faire toi aussi pendant ce temps-là.

Je suis fan finie de solutions gagnant-gagnant. Par exemple, quand j’ai le goût de sortir, je le fais avec mes enfants. On peut faire toutes sortes de choses et participer ensemble à des choses qui répondent nos besoins communs. On peut préparer un dessert ensemble, aller dehors ensemble, faire des activités ensemble, se remettre en forme ensemble, et écouter de la musique ensemble.

Aller prendre une marche dans le bois c’est une de mes sorties préférées. Et on vient de découvrir l’accès à une rivière et un lac derrière chez nous, mon rêve! J’ai hâte au printemps pour y aller tous ensemble, les chiens compris.

Un de mes trucs pour me remettre en forme, avoir du temps extra sur mes projets, ou prendre un long bain, c’est d’échanger du temps avec son coparent (ou sinon un ami parent). Pas besoin de compter, mais juste de s’assurer qu’il y a un bel équilibre dans votre partage des tâches. Parce que quand un en fait plus que l’autre, c’est facile d’être plus fatigué, et aussi d’avoir du ressentiment.

On va cet été par exemple aller à tour de rôle faire du vélo de montagne. Je prends aussi une heure par jour juste pour moi pendant la journée, pour travailler ou étudier.

Et je ne sais pas pour vous, mais mes enfants n’ont pas toujours le goût de jouer avec moi. En fait je les ai encouragés de cette façon aussi, d’apprendre à jouer seuls et aimer ça. Je pense que c’est important dans la vie de savoir vivre heureux avec la solitude. Et c’est aussi un apprentissage de respect, comme respecter son parent et respecter que les besoins des autres ne sont pas toujours les mêmes que les tiens.

Je suis toujours dans le coin, mais je mets des limites claires quand je dois faire quelque chose, comme Je vais venir jouer avec toi après avoir fini ça, mon coeur. C’est sûr que je m’assure de passer beaucoup de temps avec mes enfants aussi.

Quand j’ai besoin de temps pour moi, et mes enfants sont autour, je ne fais pas ce qui demande 100% de mon attention, comme écrire un texte, mais plutôt ce qui peut bien se faire en multitâche, ou entrecoupé. Comme répondre aux courriels ou aller sur les réseaux sociaux, appeler la famille (dans un moment calme, si tu vois ce que je veux dire ;-)), planifier mes activités, ou encore écouter des vidéos Youtube de développement personnel.

Le résultat cool dans tout ça? Ce style de vie où je me fais aussi passer en premier m’aide à mieux répondre à mes besoins, et donc être un meilleur parent pour répondre aux besoins de mes enfants.

J’espère que ces trucs t’aident. Dans mon cas, ils ont vraiment, vraiment amélioré ma qualité de vie.

Que vas-tu faire juste pour toi aujourd’hui?

Lire plus >

Vivre lentement, pas facile mais tellement beau!

Vivre au rythme des enfants, des jeux à l’extérieur, du temps et des envies de chacun. Apprendre à ne PAS se dépêcher. Vivre à fond le slow parenting, la motricité libre. J’étais déjà adepte de tout ça, mais je ne mesurais pas la vraie portée de ces beaux concepts.




Lire plus >

Pâte à modeler maison: La meilleure recette!

Pâte à modeler maison- La meilleure recette!

La pâte à modeler, c’est un classique quand on est petit.

Par temps froid à l’intérieur, ou par temps chaud on peut la sortir dehors… ainsi que les miettes associées!

Je me rappelle en avoir fait une recette de pâte à modeler avec ma mère étant petite. Et je suis tombée sur la-dite recette d’antan!

J’ai aussi trouvé des colorants naturels faciles et non-toxiques pour la teindre, ce qui rend donc cette pâte à modeler plusse meilleure à mes yeux.

 

Pourquoi prendre le temps de faire notre pâte à modeler?

 

  • Parce que c’est plus écolo. Pas de contenants de plastique à ne plus finir et de colorants ou ingrédients douteux. Le sel utilisé la conserve bien. On peut même prendre des ingrédients bio.
  • Parce que c’est assez facile et rapide. La coloration est optionnelle. Non colorée, la pâte à modeler ressemble à de la pâte à tarte ce qui donne des idées de jeux style préparation de nourriture.
  • Parce qu’on peut la faire en famille. Ici tout le monde aime faire des recettes, c’est une belle activité.
  • Parce ce que c’est économique. Toujours apprécié!
  • Parce que ça fait des souvenirs. Comme les biscuits ou les muffins, toute enfance devrait compter au moins une batch de pâte à modeler. En bonus un retour en arrière, si vous en avez fait petit, vous en reconnaîtrez la bonne senteur caractéristique!

 

Recette de colorant naturel non-toxique

Pâte à modeler maison

  • Au moins une betterave, ou une tasse de fraises, ou des pétales de roses, ou du curcuma, ou gouttes de chlorophylle
  • Eau

Plonger l’ingrédient choisi dans 6 tasses d’eau.

Laisser bouillir pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que l’eau se soit évaporée pour laisser une tasse de liquide coloré.

Mettre les restants solides au compost ou utiliser dans une recette.

Conserver une tasse de colorant pour la recette de pâte à modeler.

 

Recette de pâte à modeler maison

Pâte à modeler maison

Pâte à modeler maison!

  • 1 tasse d’eau (colorée optionnel)
  • 1/2 tasse de sel fin
  • 1 tasse de farine
  • 2 c. à thé d’huile végétale
  • 2 c. à thé de crème de tartre (ou vinaigre)

Dans une casserole, dissoudre le sel dans l’eau à feu moyen.

Réduire à feu bas et ajouter les autres ingrédients.

Mélanger et laisser réchauffer durant environ 15 minutes.

Puis, laisser refroidir.

Si la pâte est encore collante, pétrir dans un peu de farine.

À conserver dans un contenant hermétique pour sa durée de vie (elle peut durer longtemps!)

Amusez-vous bien, et si l’envie vous prend, partagez-nous vos recettes de couleurs naturelles!

Pâte à modeler maison: LA MEILLEURE RECETTE!

Aussi paru sur Mamans Zen

Lire plus >
Page 1 of 2