Lettre à mon bébé qui ne fait pas ses nuits

Lettre à mon bébé qui ne fait pas ses nuits - À lire sur Je Materne!

C’était une belle journée pour sortir prendre l’air, une belle journée pour se promener ensemble mon petit chat.

Ce jour-là, on en a croisé des familles! Un papa sur des rollers avec sa fille, des parents à vélo avec leurs enfants, une maman qui portait son bébé contre elle… Et puis un jeune couple, qui venait visiblement de devenir parents pour la première fois, en pleine discussion avec quelques personnes.

En passant à leur hauteur, voilà que j’entends:

« Alors ça y est, elle dort la nuit ? »

« Elle », c’était un nourrisson, âgé de quelques semaines tout au plus.

Tout de suite, j’ai pensé à toi mon petit chat.

À la pression qu’on m’a mise alors que tu n’avais qu’un mois. À la pression que je me suis mise lorsqu’à 3 mois tu te réveillais encore la nuit. À la pression de notre entourage que je ressens encore à l’heure actuelle alors que tu es encore si petit. À la pression, qu’indirectement, j’ai exercée sur toi…

Excuse-moi mon petit chat…

Je manquais d’expérience. Je manquais de connaissances. Je ne savais pas.

Je ne savais pas que le sommeil des bébés se construisait jusqu’à 3, voire 5 ans. Je ne savais pas qu’une nuit de bébé c’était de dormir seulement 5h d’affilée. Je ne savais pas que les réveils nocturnes ne sont pas motivés uniquement par la faim. Je ne savais pas qu’une fouuuuule de choses fait en sorte que les nourrissons et les bambins se réveillent la nuit.

Alors je me suis renseignée. J’ai fait des recherches. J’ai lu, beaucoup lu.

Aujourd’hui je sais. Je sais que lorsque tu viens d’acquérir de nouvelles capacités, ton sommeil en est grandement perturbé. Je sais aussi que c’est un besoin fondamental et naturel pour toi d’être allaité la nuit. Je sais que tu cherches du réconfort la nuit. Je sais que lorsque quelque chose te gêne ou te fait mal, tu te réveilles la nuit.

Aujourd’hui je sais que mon rôle de maman s’exerce pleinement la nuit aussi.

Je sais aussi que dans notre culture, on « force » les enfants à faire leurs nuits. On les laisse pleurer. On voudrait qu’à peine sortis du ventre de leurs mamans, ils ne nous appellent plus la nuit.

J’ai pensé à toi mon petit chat. Et à cette petite fille qu’on a croisée toi et moi. Et à sa maman.

Ça m’a fait de la peine de penser que sous la pression de son entourage, elle laisserait peut-être sa toute petite fille pleurer la nuit. Ça m’a fait de la peine de savoir qu’elle pourrait penser que sa toute petite fille n’est pas normale.

Mon p’tit chat; tu as besoin de moi pour te nourrir, tu as besoin de moi pour te vêtir et on voudrait que tu n’aies pas besoin de moi pour dormir?

Alors bien sûr, je suis fatiguée, bien sûr que je rêve de dormir plus de 5 heures d’affilée, bien sûr qu’au bout de X réveils nocturnes, je râle. Mais tant que je serai ta maman, je répondrai toujours présente lors de tes appels nocturnes.

Aujourd’hui tu as 7 mois. Et tu ne fais toujours pas tes nuits. Et c’est bien normal, ne t’en fais pas.

Tu les feras quand tu seras prêt mon p’tit chat.

 

Sabrina Philippon

Sabrina Philippon

Blogueuse Réflexions d'une maman maternante chez Je Materne
Sabrina est la jeune maman épanouie d'un petit garçon qui prend son nouveau rôle très a coeur. Infirmière de métier, elle s'intéresse de près à la santé et à tout ce qui touche à la périnatalité/parentalité. Elle est aussi auteure du blogue: Maman Poule et Papa Trouille
Sabrina Philippon

Les derniers articles par Sabrina Philippon (tout voir)