Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

 

Par Marie-Eve Boudreault

Fondatrice de Je Materne

 

Est-ce que votre enfant fait régulièrement des crises de colère et vous avez de la difficulté à réagir de manière positive et bienveillante avec lui?

 

Oui?

 

Voici alors 3 étapes simples pour arrêter sur le champ les crises de colère de votre enfant sans recourir à des violences éducatives. 

 

Plus vous pratiquerez ces étapes faciles à retenir, plus elles deviendront une habitude de vie. Vous deviendrez alors ces super parents qui peuvent arrêter les crises de colère en quelques minutes, et souvent en moins de 30 secondes!

 

Ces étapes se basent sur des trucs efficaces en parentalité bienveillante que nous avons recueillis depuis les 15 ans que nous conseillons des centaines de milliers de parents à ce sujet, ainsi que sur les dernières études en parentalité et neurosciences.

 

Lisez jusqu’à la toute fin pour connaître ces 3 étapes encore méconnues mais ultra efficaces pour bien guider les enfants sans leur causer de troubles à long terme…

 

 

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

 

Étape numéro 1 pour terminer la crise de colère: accueillir avec empathie les émotions de votre enfant

 

 

L’étape numéro 1 est d’accueillir paisiblement les émotions de votre enfant avec de la compréhension et de l’amour.

 

Pourquoi faire ceci avant toute autre démarche?

 

Parce que « l’accueil inconditionnel aimant » reconnaît notre petit amour comme quelqu’un d’important.  Notre jeune humain va se reconnaître dès le départ de sa vie comme quelqu’un qui a de la valeur, qui est important, et qui est fondamentalement bon malgré tout. 

 

En accueillant les émotions de notre enfant, cette reconnaissance empathique va aussi apaiser notre enfant en le portant vers le calme et ainsi tranquillement mettre fin à sa période difficile.

 

Car une zone de son cerveau, l’amygdale, a détecté une menace, et une autre, l’hypothalamus, envoie le message de réagir au danger identifié. Ne sachant pas trop quoi en faire à un si jeune âge, votre enfant entre alors en dérégulation, ou en crise. 

 

Pour mettre une image sur ce phénomène, rappelez-vous que votre jeune enfant n’a pas encore le « couvercle » pour contenir une casserole pleine d’eau bouillonnante, telle que la psychologue Dr Mary Margaret Gleason l’explique. Ce sera le rôle du cortex préfrontal qu’il développera en vieillissant. Vous aidez donc à cette étape numéro 1 à être ce couvercle en « corégulant » ses émotions.

 

Comment procéder pour accueillir avec empathie les émotions fortes de notre enfant et aider à signaler qu’il n’y a pas de danger?

 

Ce qu’on peut se demander avant que  la crise de colère ne se produise est:

 

« Comment est-ce que nous aurions aimé que notre parent bienveillant réagisse quand nous faisions nous-mêmes une crise de colère? ». 

 

Ce questionnement profond nous aidera à poser les piliers de notre approche bienveillante. 

 

Notamment, ce qui peut très bien fonctionner est de rester calme, d’accueillir les pleurs et les émotions de notre enfant en allant vers lui avec un câlin, et en étant vraiment très près de lui, même en le prenant dans nos bras.


Nous pouvons nous pencher, nous mettre à son niveau, garder un contact visuel, et utiliser des gestes et un ton doux. Cela permet aussi, avec l’aide des  neurones miroirs de votre petit amour, d’imiter votre attitude paisible.

 

Cette méthode douce d’accueil des émotions est une manière de prendre soin de votre enfant et de lui dire que vous êtes là pour lui par vos actions également.

 

Ainsi, avant de guider à corriger le comportement de votre petit trésor, allez vers lui, protégez-le contre le risque de se blesser lui-même ou autrui, enveloppez-le dans vos bras s’il le désire, et aidez-le à laisser s’écouler ses émotions.

 

Cette décharge émotionnelle accueillie avec paix et amour va également aider à laisser sortir l’énergie mobilisée par la situation problématique. Cette énergie de détresse engagée dans la crise de votre enfant a besoin de se décharger, sinon elle dérangera longuement son être entier. Pour votre enfant, ce sont des émotions qui doivent être vécues et extériorisées afin de pouvoir passer à toute autre étape. 

 

Rappelons-nous aussi que si nous avons mis une limite bienveillante par rapport à une situation et que notre coco vit une frustration suite à cela, c’est son droit fondamental d’être déçu. 

 

Par exemple, si comme parent nous disons «non, on ne touche pas au four» parce que c’est dangereux de s’y brûler, mais que notre jeune scientifique en herbe voulait vraiment aller explorer ce curieux électroménager qu’il ne sait pas encore dangereux, c’est évidemment frustrant pour lui. 

 

Nous accueillons notre enfant à ce moment-là, et cela va aider à diffuser son énergie de colère, à vivre sa frustration et puis ensuite passer à autre chose. 

 

En résumé, la première étape est d’accueillir les émotions avec amour, d’aller vers notre enfant, et d’être un modèle spirituel et bienveillant pour lui. Nous lui démontrons toujours qu’il est très important malgré tout.

 

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

 

Étape numéro 2 suite à la crise de colère: la reconnexion aimante parent-enfant

 

La deuxième étape doit être une étape de réattachement à votre enfant, parce que vous ne pouvez pas être réellement un guide pour votre enfant tant qu’il ne vous reconnaît pas en tant que tel. 

 

Pour vous reconnaître instinctivement comme guide, il doit avoir un attachement sécurisant à vous. Dr Gordon Neufeld a identifié un merveilleux terme imagé pour expliquer ce lien d’apprivoisement et d’attachement, soit un « cordon ombilical psychologique ».  

 

L’attachement sécurisant est créé au quotidien en répondant aux besoins de notre enfant. Par contre, lors d’une crise, le lien peut tendre à se défaire et laisser partir notre enfant à la dérive en rejetant tout, incluant la guidance parentale.

 

Comment recréer l’importante reconnexion parent-enfant à ce moment?

 

En passant une période de temps ensemble jusqu’à ce que la reconnexion soit reconstruite.  

 

Vous pouvez par exemple prendre votre enfant sur vous, l’accueillir alors qu’il vit sa crise, et ensuite vous pouvez converser de tout et rien ensemble, si votre votre enfant est assez mature et si sa crise est terminée. 

 

Sinon, s’il est encore trop petit, cette période de reconnexion est un moment pour rester ensemble et construire sa confiance en vous, par exemple en le mettant en portage ergonomique.  

 

Il est important de ne pas recourir à cette étape à une période de punition et le séparer de vous. Les punitions ne sont pas recommandées car elles tendent, entre autres, à couper la connexion sécurisante entre vous et votre enfant. 

 

Une fois la crise calmée, vous pouvez donc prendre du temps ensemble à l’écart de la situation qui a causé problème pour reconnecter.

 

Si vous êtes à domicile, vous pouvez vous isoler avec votre enfant dans une chambre, comme aller sur un lit et passer du temps ensemble. 

 

Si vous êtes dans un lieu public, comme par exemple au supermarché, mettez-vous à l’écart et, même chose, reconnectez avec votre enfant. Ignorez les regards inquisiteurs (ne vous en faites pas car tous les parents sont passés par là) et recréez votre important lien avec votre enfant. 

 

À ce moment, le cordon ombilical psychologique va se reconstruire.

 

Également, plus vous allez à maintes reprises travailler votre reconnexion, plus la maturation de connexions neuronales va se produire dans le cerveau préfrontal de votre enfant afin qu’il devienne capable de maîtriser ses émotions et s’autoréguler au calme plus rapidement.

 

En fait, cette approche bienveillante aux crises de votre enfant est une manière respectueuse de réagir à des crises qui est similaire à celles utilisées avec un adulte. Nous n’isolerions pas un ami adulte à l’écart s’il vivait une situation qui lui est difficile. Si un adulte pleure, nous tendons à aller vers lui et l’aider. Nous agissons avec respect auprès de notre enfant et ce respect va le construire également. 

 

Si nous le mettions à l’écart en punition, cela activerait des signaux de douleur dans son cerveau. La proximité est un besoin fondamental pour notre enfant. S’il est séparé de son parent d’attache malgré lui, alors cela lui cause de la douleur. 

 

Il n’est donc pas recommandé d’isoler notre petit amour seul dans une chambre. Nous devons plutôt rester connecté à lui.

 

 

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

 

 

Étape numéro 3 suite à la crise de colère: explications sur les consignes et normes sociales 

 

La dernière étape est d’expliquer à votre enfant vos consignes ou normes qui s’appliquent à la situation, et cette étape-ci peut être séparée des deux premières étapes. 

 

Au besoin, elle peut même être remise plus tard dans la journée. Par exemple, si c’est vraiment trop difficile au supermarché, nous pouvons à ce moment expliquer que nous allons continuer nos emplettes et que nous aurons une conversation plus tard à domicile sur ce que nous avons vécu. 

 

Cette troisième étape doit se faire à un moment plus calme où votre enfant ne sera plus stressé ou en état ultra réactif. 

 

Le but de l’étape de l’explication avec votre enfant est donc d’aider votre petit à comprendre les attentes et les normes sociales. La répétition au fil du temps s’assurera que les consignes de son quotidien seront bien comprises et respectées.

 

Elle veut aussi aider à la maturation cognitive de son cortex préfrontal qui lui permettra éventuellement de mieux maîtriser ses émotions et pulsions. Cette zone agit comme un «frein d’arrêt rationnel» face aux pulsions émotionnelles.


Lorsque l’enfant développe tranquillement son cerveau préfrontal au fil des années, avec l’aide d’une parentalité bienveillante et attentive, il lui devient plus facile d’engager la raison pour composer avec ses émotions fortes et pulsions, et cela atténue les crises.

 

Comment procéder à cette étape importante?

 

Pour un jeune enfant, assurez-vous d’utiliser une explication simple et efficace, telle que « Non, tu dois garder tes mains à distance du four car il est très chaud et il peut te faire bobo ».  Utilisez les mots qu’il comprend, avec toute la douceur, l’empathie et le leadership dont vous êtes capable à ce moment. 

 

Dirigez ensuite votre enfant vers la prochaine action que vous voulez faire avec lui, comme l’installer en portage ergonomique pour finir vos emplettes, le guider vers une activité qu’il a besoin, comme dormir, ou encore vers ce qu’il aime faire, comme jouer à l’extérieur. 

 

Plus votre enfant vieillit, plus vous pouvez détailler les explications. 

 

Nos trésors aiment habituellement que nous utilisions une conversation égalitaire, du genre de celle qu’on pourrait avoir avec nos amis. 

 

N’usez pas d’une parentalité autoritaire, mais plutôt d’une parentalité « autoritative » où vous êtes un leader bienveillant. Vous serez alors reconnu par votre enfant comme un bon guide et un ami avisé. La parentalité autoritative est d’ailleurs celle qui est largement étudiée actuellement et elle est jugée supérieure à la parentalité autoritaire, permissive ou négligeante. 

 

À l’aide de vos explications bienveillantes, vous posez des bases aimantes pour une relation sécurisante et bienveillante à long terme avec votre enfant.

 

En résumé, lors de cette troisième étape nous adoptons l’explication à la compréhension de notre enfant. À ce moment, nous aidons à la maturation et à la socialisation de notre jeune humain.

 

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

Récapitulatif: fin aux crises d’enfant en 1 minute

 

Pour voir mes explications en vidéo:

Comment 𝗔𝗥𝗥𝗘̂𝗧𝗘𝗥 𝗥𝗔𝗣𝗜𝗗𝗘𝗠𝗘𝗡𝗧 les *CRISES* de ton ENFANT (parentalité positive testée ✅)

https://youtu.be/dvzzGGT6e0o


Ainsi, les deux premières étapes sont axées sur l’enfant et la connexion où l’on aide à arrêter la crise ainsi qu’à protéger notre enfant et la connexion.

 

La troisième étape fait progresser la maturation et la socialisation. Elle pose par explications simples les règles sociales pour aider à faire maturer le cerveau de notre précieux chérubin.

 

J’espère que ces trois étapes vous aident à merveille dans votre quotidien. 

 

Rappelons-les brièvement pour vous aider à les utiliser lorsque cela sera nécessaire:

 

  • La première étape est d’accueillir les émotions de notre enfant d’abord, où l’on démontre à notre enfant qu’il est important et l’on aide à décharger son stress en accueillant ses émotions.
  • La deuxième étape est la reconnexion intentionnelle avec notre enfant pour sécuriser son lien affectif avec nous, ce qui permet de le rassurer et le guider.
  • La troisième étape est l’explication sous forme simple ou de conversation conviviale, selon l’âge de notre enfant, afin d’aider notre petit chéri à comprendre les normes sociales et faire maturer son cerveau rationnel.

 

J’espère que cet article compréhensif vous a bien aidé. 

 

Avez-vous vécu des situations difficiles spécifiques avec les crises de votre enfant et aimeriez-vous recevoir des conseils bienveillants personnalisés?

 

Je vous invite alors à vous abonner à notre Académie Je Materne à cet effet, plus d’informations en cliquant ici:

 

ACADÉMIE JE MATERNE (Niveau Privilège)

 

Merci également de partager l’article à vos connaissances qui pourraient avoir besoin de ces importantes informations.

 

Je vous souhaite une douce reconnexion et plus de facilité dans votre famille quand vous vivez des crises d’enfant.

 

Pensez à vous abonner à notre newsletter très pratique et remplie d’informations encore méconnues qui sont les fruits de notre longue expérience et recherches en parentalité bienveillante…

 

À bientôt cher parent bienveillant!

 

 

 

Enregistrer sur Pinterest

 

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

Comment mettre fin aux crises de votre enfant en 1 minute

 

 

 

Marie-Eve Boudreault
Suivez-nous!

112035

PARTAGES BIENVEILLANTS

error

Tu aimes ce site? Partage à tes connaissances :)

Facebook107k
YouTube186
Pinterest4k
Pinterest
fb-share-icon
Instagram2k
FbMessenger
Tiktok59