Les enfants n’ont pas besoin de vaccins COVID, disent des groupes canadiens et australiens aux responsables de la santé publique


Des groupes au Canada et en Australie exhortent les responsables de la santé publique à reconsidérer le déploiement des vaccins COVID-19 pour les jeunes enfants, suite à l’autorisation plus tôt ce mois-ci dans les deux pays du vaccin COVID-19 de Moderna pour les enfants âgés de 6 mois à 5 ans.

Par Julie Comber, Ph.D

 

Les enfants n'ont pas besoin de vaccins COVID, disent des

 

Des groupes au Canada et en Australie exhortent les responsables de la santé publique à reconsidérer le déploiement des vaccins COVID-19 pour les jeunes enfants, suite à l’autorisation plus tôt ce mois-ci dans les deux pays du vaccin COVID-19 de Moderna pour les enfants âgés de 6 mois à 5 ans.

Le 19 juillet, l’Australian Vaccine-risks Network (AVN) a envoyé une lettre ouverte au Dr Brendan Murphy, secrétaire du ministère australien de la Santé et des Soins aux personnes âgées, aux membres votants du Groupe consultatif technique australien sur la vaccination et aux membres du Parlement menaçant d’«avancer avec les préparatifs pour demander l’intervention de la Cour fédérale d’Australie» si les représentants officiels ne répondent pas.

Le 14 juillet, la Canadian COVID Care Alliance (CCCA) a publié une lettre ouverte aux responsables de la santé canadiens déclarant que leurs membres seraient «heureux de vous rencontrer pour discuter plus en détail des résultats documentés dans cette lettre».

Les deux lettres ont souligné trois arguments contre l’autorisation des injections d’ARNm chez les jeunes enfants et les bébés:

  1. Les enfants n’ont pas besoin d’être vaccinés contre la COVID-19 car ils présentent un risque extrêmement faible de contracter la COVID-19.
  2. Dans tous les cas, les injections d’ARNm ne fonctionnent pas bien.
  3. Les dommages potentiels des injections d’ARNm l’emportent sur les avantages pour les jeunes enfants.

Les deux lettres faisaient également référence à la lettre ouverte du 30 juin adressée aux responsables de la santé du Royaume-Uni par plus de 70 médecins et scientifiques mettant en garde contre la vaccination des jeunes enfants contre le COVID-19.

La lettre du Royaume-Uni, rédigée en réponse à l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis à la mi-juin du Moderna et des vaccins Pfizer-BioNTech COVID-19 pour les enfants dès l’âge de 6 mois, a exhorté les responsables britanniques de la santé de ne pas «faire la même erreur» que la FDA a commise.

Les trois lettres faisaient référence à Søren Brostrøm, directeur de l’Autorité danoise de la santé et des médicaments, qui a déclaré en juin:

«Nous n’avons pas gagné grand-chose de la vaccination des enfants contre le coronavirus l’année dernière.»

Le 18 juillet, la Therapeutic Goods Administration australienne a approuvé provisoirement une dose pédiatrique de Spikevax COVID-19 de Moderna pour les enfants âgés de 6 mois à 5 ans. Le déploiement des vaccins dépend de la contribution du Groupe consultatif technique australien sur la vaccination.

Quelques jours plus tôt, le 14 juillet, Santé Canada autorisait l’utilisation de Spikevax pour les enfants de 6 mois à 5 ans. Selon le communiqué, «à la suite de cette autorisation, environ 1,7 million d’enfants sont désormais éligibles à la vaccination contre le COVID-19».

 

Les risques «l’emportent largement» sur les avantages pour les enfants

 

La lettre de 11 pages du CCCA contient 117 références et six pages de données et de graphiques pour étayer l’argument du groupe selon lequel «les données montrent qu’à l’ère Omicron, lorsque l’immunité basée sur la population est répandue, les risques associés aux vaccins à ARNm COVID-19 dépassent de loin les avantages chez les enfants.»

Les auteurs de la lettre de la CCCA ont critiqué la FDA, déclarant qu’«aucun essai clinique de référence, contrôlé par placebo, suffisamment important [avec au moins 800 000 participants] pour établir catégoriquement l’innocuité clinique et l’efficacité à long terme du Pfizer COVID-19 des vaccinations par ARNm chez les enfants de 12 à 15 ans, de 5 à 11 ans, de 2 à 4 ans et de 6 mois à 23 mois n’a été entrepris.»

Au lieu de cela, l’EUA pour Pfizer était «basée sur les résultats préliminaires de quatre très petits essais immunologiques, recrutant moins de 3 000 participants chacun».

La lettre du CCCA présentait des données de la province canadienne de l’Ontario, qui «ont signalé un effet dose-réponse négatif pour les vaccinations COVID-19 [emphase originale]».

La lettre continuait :

«En d’autres termes, la proportion de cas de COVID-19 était la plus élevée parmi ceux qui avaient été  “boostés”, faible parmi les “complètement inoculés” et encore plus faible parmi les “non complètement inoculés” (ce qui inclut les “non inoculés”).»

Les auteurs ont présenté des graphiques du site Web de Santé publique Ontario, notant qu’une tendance similaire a été observée chez les 12 à 17 ans et les groupes d’âge de 5 à 11 ans.

«De plus, une plus grande proportion d’Ontariens “boostés” sont décédés, ce qui révèle que les vaccinations peuvent être associées à des effets secondaires graves.»

La lettre de la CCCA conclut :

«Nous sommes convaincus que nos recherches vous ont fourni les preuves nécessaires pour ajuster la politique de santé canadienne afin de protéger nos enfants contre des préjudices excessifs. Nous serions heureux de vous rencontrer pour discuter plus en détail des conclusions documentées dans cette lettre.»

«Énorme lacune» dans la documentation des essais de vaccins de Pfizer

 

Selon les auteurs de l’AVN , la documentation de Pfizer présentée à la FDA présentait d’énormes lacunes dans les preuves fournies.

Par exemple, la lettre indiquait:

«Le protocole a été modifié au milieu du procès. Le schéma initial à deux doses présentait une faible immunogénicité avec une efficacité bien inférieure à la norme requise. Une troisième dose a été ajoutée auquel moment bon nombre des bénéficiaires initiaux du placebo avaient été vaccinés.»

La lettre d’AVN a fait valoir que le vaccin Moderna pour les jeunes enfants ne répondait pas aux exigences réglementaires de l’Australie pour obtenir une «détermination provisoire» (similaire à l’EUA aux États-Unis) en vertu du règlement 10L (1) (a) du Règlement sur les produits thérapeutiques.

Pour recevoir une décision provisoire, il doit y avoir «une indication que le médicament est le traitement, la prévention ou le diagnostic d’une maladie potentiellement mortelle ou gravement débilitante», indique la lettre.

Les auteurs ont déclaré que le département de la santé australien et la TGA n’avaient «présenté aucune donnée ou science pour étayer une conclusion selon laquelle le COVID-19, et en particulier la variante Omicron désormais répandue dans toute l’Australie, est “mortelle” pour les nourrissons âgés de 6 mois à 4 ans, ni même que les nourrissons de 6 mois à 4 ans souffrent de symptômes “gravement débilitants” lorsqu’ils sont infectés par le COVID-19.»

Les auteurs ont également abordé la question des stratégies de manipulation utilisées pour promouvoir la vaccination des enfants contre le COVID-19, et ont déclaré que le fait de pousser des vaccins inutiles et nouveaux à base d’ARNm sur les jeunes enfants risquait de saper la confiance des parents dans les programmes de vaccination de routine.

 

Julie Comber est une journaliste scientifique indépendante pour The Defender.

 

D’abord paru sur https://childrenshealthdefense.org/defender/canada-australia-covid-vaccines-young-children/

© 2022 Children’s Health Defense, Inc. This work is reproduced and distributed with the permission of Children’s Health Defense, Inc. Want to learn more from Children’s Health Defense? Sign up for free news and updates from Robert F. Kennedy, Jr. and the Children’s Health Defense. Your donation will help to support us in our efforts.

 

Références à consulter

 

Avant que votre enfant ne soit injecté, lisez cet avertissement de l’inventeur Dr Robert Malone

Analyse du Dr Toby Rogers: «Nous tuerons 117 enfants par l’injection pour en sauver 1.»

Une étude de l’université de Columbia révèle que 400 000 Américains seraient décédés suite à l’injection

123 études révèlent que l’immunité naturelle est supérieure pour le Covid-19

 

 

Collaboration spéciale

112035

PARTAGES BIENVEILLANTS

error

Tu aimes ce site? Partage à tes connaissances :)

Facebook107k
YouTube186
Pinterest4k
Pinterest
fb-share-icon
Instagram2k
FbMessenger
Tiktok59